Ma robe Sansa – Partie 1 : Anatomie

melisandre-night-dark-spoilers

Attention, cet article peut contenir des spoilers de la saison 3 de Game of Thrones, si vous ne l’avez pas encore visionnée, vous êtes maintenant prévenus! Vous lisez à vos risques et périls! For the Night is Dark and full of Terrors!

Je tiens à vous préciser dès le départ, je vais m’étaler longuement sur cette robe, en long, en large et en travers.
Désolée, mais là c’est au moins en partie nécessaire. Ma première expérience en patronage ne peut se résumer en quelques photos d’une robe terminée, va falloir lire un peu (beaucoup).

Je trouve cela d’ailleurs assez frustrant, les blogs de couture qui ne proposent que des photos et pas (ou peu) de texte. Souvent, j’ai envie d’avoir des détails techniques, le tissu utilisé, des astuces, les soucis rencontrés lors de la couture, un conseil concernant les tailles… Alors la justification de « je vous laisse entrer dans mon univers », « Laissez votre imagination être votre guide », et autre « Imprégnez-vous de ce lieu et il vous inspirera » ça me fait toujours doucement rigoler. Combien de fois j’ai lu ça, le truc des univers blogesques… Voilà qui me fait toujours penser à « Atmosphère, atmosphère… », enfin, vous comprenez ma pensée. L’univers de ce blog peut se résumer par cette phrase d’une classe sans borne : « et mon c**, c’est du poulet ? ». Je vous souhaite la bienvenue dans mon monde, dans mon univers, dans mon atmosphère.

Alors… Dans un premier temps, avant de nous lancer tête baissée dans la réalisation de cette robe, nous allons étudier « l’existant ». Oui, oui, ça fait très exposé en amphi, ce ton de prof, mais c’est adapté à la situation je trouve :)
Tout va être justifié, je vous prouve que je ne prends pas ce sujet à la rigolade. On ne rigole pas avec Game of Thrones, on ne rigole pas avec la couture, on ne rigole pas avec le patronage et surtout, on ne rigole pas avec les robes de princesse. Jamais.

But de la manœuvre :
Réaliser une robe très largement inspirée (mais pas totalement copiée) de celle que Sansa Stark porte pour son mariage (spoillllerrr !!!) lors de l’épisode 8 « Second Sons » de la saison 3 de Game of Thrones.

Si vous ne l'avez pas vue 100 fois cette photo sur ce blog, je veux bien manger une sandale...

Si vous ne l’avez pas vue 100 fois cette photo sur ce blog, je veux bien manger une sandale…

Le patron sera entièrement créé de mes blanches mains à partir de mes rondes mesures, selon la méthode de Line Jaque décrite dans son livre « La technique de la coupe ».

Alors… Regardons en détails la robe de Sansa… Je vais d’abord passer en revue une quantité non négligeable d’éléments, et je trierai ensuite ce qui est à conserver pour mon projet et ce qui doit rester dans le domaine du costume de série médiévale fantastique.

Toutes les interprétations concernant le costume de Sansa sont les miennes, je n’assure à aucun moment qu’elles sont le reflet d’une quelconque réalité. Je fais des déductions à partir de photos, j’y mixe mes quelques connaissances couturesques, je me base sur des informations lues sur le site de Michele Carragher (celle qui a brodé les costumes de la série) et sur des interviews de Michelle Clapton (la styliste de la série).

  1. Point the obvious : c’est une robe portefeuille

Oh Yeah ! On commence par du lourd. Cependant, il n’y a pas de ceinture qui passe dans une ouverture laissée dans un coté et qui entoure le corps pour se nouer avec l’autre lien de l’autre coté (vous me suivez encore ??) comme dans les modèles qu’on a l’habitude de voir.

Ma robe Sansa, inspirée de la série Game of Thrones, découpes princesse, patronage,
Dans ce cas, le pan devant du dessus s’accroche au pan devant du dessous par une série de liens (3 ou 4). Preuve à l’appui, voir la photo ci-dessus.

Comment cela se déroule-t-il pour la partie cachée ? On ne le sait pas, même après de nombreux visionnages de cet épisode, je n’ai pas percé le secret. Désolée, je ne sais pas exactement ce qui se passe sous la robe de Sansa…
Ce que je suppose : le système est similaire, avec peut-être moins de liens pour ne pas créer des épaisseurs indésirables et inesthétiques.

Le décolleté n’est pas trop ostentatoire, recouvre bien la poitrine et à l’air légèrement arrondi alors que d’habitude il me semble plus rectiligne sur les modèles classiques.

  1. La partie brodée qui orne le buste est amovible

La preuve, sur la photo précédente, elle n’y figure pas, mais dès que la cérémonie commence et que Sansa apparaît, cette partie est en place.

Ma robe Sansa, inspirée de la série Game of Thrones, découpes princesse, patronage,

Son but est, à mon sens, purement décoratif et reprend les armoiries de la famille de son époux (les lions). Cela peut servir aussi à cacher les liens sur le coté.
Cet ornement est composé de deux morceaux, qui se lacent sur les cotés, l’ensemble est indépendant de la robe et est amovible.
Ma robe Sansa, inspirée de la série Game of Thrones, découpes princesse, patronage,

Au niveau du cou, dans le dos, ça remonte pour former comme un col brodé.
Ma robe Sansa, inspirée de la série Game of Thrones, découpes princesse, patronage,
Pour voir clairement la partie dos de l’ornement, voir la photo présentant le nombre de pièce de la robe, point suivant.

  1. Il y a en tout 11 pièces de base pour former la robe

Comptons ensemble… Le demi-devant comporte 2 pièces, comme vous pouvez le voir sur cette superbe infographie digne d’un grand journal : le devant et de coté devant.

Ma robe Sansa, inspirée de la série Game of Thrones, découpes princesse, patronage,
Le demi-dos comporte également 2 pièces, le dos et le coté dos.
Ma robe Sansa, inspirée de la série Game of Thrones, découpes princesse, patronage,
Entre le dos et le devant se trouve une pièce intermédiaire dont j’ignorais tout avant de me pencher sur cette robe, le petit coté. Il a une importance particulière dans le design de cette robe, nous allons y revenir plus tard.
Donc 2 + 2 +1 = 10 pièces, plus le devant qui est coupé deux fois dans notre tissu pour l’effet superposition du cache-cœur, on se retrouve à 11 pièces.
(bien entendu, ce calcul ne tient pas compte d’éventuelles parmentures, de la doublure, renforts, parements d’ourlet etc…)

  1. Au niveau du petit coté, il y a des plis/fronces pour donner de l’ampleur sur les hanches

Ma robe Sansa, inspirée de la série Game of Thrones, découpes princesse, patronage,
Je pense qu’il y a un « hips padding » (coussin de hanches ?? rembourrage de hanches ?? je ne connais pas le terme français) pour soutenir tout ça, comme cela existait pour le style New-Look de Christian Dior. Il s’agit en gros d’une épaulette géante, mais pour les hanches, une sorte de coussin pour accentuer la silhouette caractéristique de sablier.

Gertie en parle sur son blog, il s’agirait d’une version améliorée de cela, vu sur le blog de Peter Lapin.

Ma robe Sansa, inspirée de la série Game of Thrones, découpes princesse, patronage,

  1. La partie jupe n’est pas du tout près du corps

Ma robe Sansa, inspirée de la série Game of Thrones, découpes princesse, patronage,

On voit bien que la robe s’évase directement au niveau de la taille, pas au niveau des hanches. Le corsage est très ajusté, et ensuite la partie jupe part en corolle. Dans le dos, les pans sont plus longs pour former une traîne. Si cette robe ne pesait pas 50kg de tissu, je suis certaine qu’elle « tournerait » magnifiquement.
sansa_traine, Ma robe Sansa, inspirée de la série Game of Thrones, découpes princesse, patronage,

  1. Les manchons commencent et s’arrêtent au niveau des coutures du petit coté

Ma robe Sansa, inspirée de la série Game of Thrones, découpes princesse, patronage,

On ne conserve que la partie supérieure de la tête de manche, on voit d’ailleurs qu’elle est doublée.

  1. En dessous, elle porte un fond de robe

Ma robe Sansa, inspirée de la série Game of Thrones, découpes princesse, patronage,

Basé sur le même patron de base apparemment mais très simplifié, en tissu léger (lin fin, baptiste de coton). Une sorte de doublure indépendante, en quelque sorte.
Ce fond de robe n’a pas vraiment d’ampleur, il s’agit juste ne de pas avoir la robe en contact direct avec la peau.

Il n’y a pas de manches et il se ferme de la même façon que la robe de mariée.
Durant l’épisode, quand elle se change, on ne voit que le fond de robe et la robe, mais il n’est pas impensable que pendant les scènes, elle porte une crinoline ou plusieurs jupons pour conserver la forme évasée bien en place quand elle bouge. Mais là, on est dans le domaine de l’extrapolation… Le tissu peut sinon avoir tellement de tenue qu’il tient tout seul.

sansa_traine, Ma robe Sansa, inspirée de la série Game of Thrones, découpes princesse, patronage,

Corset ou pas, en dessous?

Pour continuer dans le domaine de l’extrapolation de ce qui peut être porté en dessous de cette robe, je souhaitais faire une parenthèse corset. J’ai l’impression que la jeune fille se tient bien droite mais je ne serai pas surprise qu’elle porte un corset en dessous de ses grandes robes. La preuve, dans l’épisode 6 de la saison 2 « The Old Gods and the New », on le voit bien quand elle s’enfuit. Dans l’épisode 4 de cette même saison, « Garden of Bones », quand elle se fait bien taper sur la tronche par le vilain Joffrey on en aperçoit un morceau.

Sansa-robe-dessous

Sur le site Westeros.org, il est indiqué qu’elle en porte pendant le tournage.
Alors j’ai du mal à croire que le jour de son mariage, elle n’en porte pas… On n’a simplement pas l’occasion de le voir. D’ailleurs, il me semble que dans le bouquin il est mentionné. Bref, c’était une parenthèse.

  1. Le tissu

Il s’agit d’un tissu relativement épais, on voit bien qu’il est lourd à la manière dont il tombe quand elle l’a en main, pour grimper les marches et à la façon dont il se dispose derrière elle.

sansa-tissu
A mon avis, la robe est certainement entièrement doublée, voir même triplée avec un tissu comme de la toile tailleur pour avoir encore plus de tenue. Le tissu d’origine doit certainement avoir pas mal de tenue.

Peut-être que l’intégralité de la robe n’est pas triplée, la partie corsage n’en pas a forcément besoin, surtout s’il y a effectivement un corset. La triplure est certainement concentrée au niveau de la partie jupe.
Les tissus utilisées pour les robes de la belle (tout au long de la série, et surtout lors de la saison 3) ressemblent fort à des tissus d’ameublement. On ne parle pas de la grosse toile IK** pour faire des coussins ou recouvrir un canapé, mais plutôt de beaux tissus damassés (on retrouve l’aspect contrasté mat et brillant).

  1. Coupés dans le biais ? Droit-fil ?

Là je ne sais pas trop….On voit bien sur les différentes photos que les motifs de la robe s’enchaînent en « miroir », qu’ils se font face. Est-ce que cela veut forcément dire que la robe est coupée dans le droit fil et que la couturière a assuré du tonnerre pour raccorder les pièces ? Je n’en suis pas certaine, mais je ne suis pas assez connaisseuse pour l’affirmer. Ces pièces peuvent avoir été coupées tête bêche, ou alors le motif du tissu a naturellement une symétrie en son centre. Pour moi, c’est le gros point d’interrogation de cette robe.

Là je suis dans l’émission d’hypothèses d’hypothèse (oui, ça doit exister, des hypothèses d’hypothèse)…
Quand on cherche des informations concernant le damas et ce style de tissage, on se rend compte que dans l’ensemble, ces tissus sont basés sur des armures satin.
Ce qui voudrait dire que le « fond » de notre tissu aurait ce léger aspect « en diagonal » commun aux tissages de ce style. Les motifs eux, donnent plutôt une impression d’horizontalité, ceci peut être dû à la mise en avant (ou non) des fils de couleur contrastante.

Si je mets en parallèle un damas de référence, une brocatelle (étoffe réalisée sur un métier jacquard, comme peut l’être le damas) et le tissu de la robe, que je plisse mes yeux très fort et que je zoome comme une folle pour voir la trame du tissu, j’obtiens à peu de chose près ceci.

Ma robe Sansa, inspirée de la série Game of Thrones, découpes princesse, patronage,

La flèche bleue montre les fils de trame, bien horizontaux, et la flèche verte les obliques du tissage des motifs.
On voit que les « sens » des fils visibles concordent d’un échantillon à l’autre, j’en déduis donc, d’une manière très peu scientifique, qu’au vu de l’inclinaison des fils de trame par rapport au droit-fil supposé des pièces, qu’elle doit être coupée dans le droit-fil et non dans le biais.

Autres arguments fumeux pour justifier cette conclusion :

  • couper une robe comme ça dans le biais, ça doit coûter un bras, il faut garder les sous de la série pour les effets spéciaux ;
  • vu l’ampleur des pans de jupe, les cotés se trouvent  forcément dans le biais et gondoleront naturellement.

Il y a certainement beaucoup d’autres détails que je n’ai pas relevés, tout simplement parce que je ne les ai pas vus, il n’est pas facile de trouver de belles photos de référence de cette robe. Encore une fois, tous les points qui sont énoncés dans cet article ne sont que des suppositions ! Je ne suis ni experte en costume, ni experte en couture, juste une fan très intéressée !

Maintenant voici mon bilan « on garde, on garde pas, on modifie » de la liste d’éléments énoncés ci-dessus :

  • Forme robe portefeuille : on garde
  • Système de fermeture par liens : on garde
  • Décolleté légèrement arrondi : on garde
  • Patronage en 11 pans : on garde
  • Élément brodé amovible : on modifie
  • Plis/fronces sur les hanches : on jette
  • La jupe corolle hyper large : on modifie
  • Les manchons : on garde
  • Le fond de robe : on modifie
  • Corset : on jette
  • Entoilage et triplure : on modifie / on jette
  • Le tissu d’ameublement : on modifie

L’aspect robe portefeuille : c’est évident, on garde (en même temps, c’est la base, si on garde pas ça… autant coudre un pantalon direct !). Pour l’avoir testé sur ma Tunique Ice and Fire, ce système de fermeture par liens est très confortable, on ne va pas changer une équipe qui gagne. Par contre, pour le coté plus classe, sur la partie visible je pense remplacer les liens par des boucles et de jolis boutons « boules ».

Un décolleté plus arrondi peut se tenter, en espérant que cela ne pénalisera pas la bonne tenue de cette partie qui est tout de même dans le plein biais… Ruban droit-fil, tu vas pouvoir nous éblouir.

Le petit coté semble être un élément totalement absent de l’univers couture sur internet. J’ai remué Google dans tous les sens, j’ai testé des tonnes d’associations de mots, mais « découpe princesse » et « petit coté » ne donne aucun résultat pertinent. « Petit coté » et « couture » tout seul non plus… J’ai tâté le terrain chez les english, mais mes recherches étaient restreintes et infructueuses. C’est dans le livre de Line Jaque que j’ai trouvé quelques informations : on peut diviser une découpe princesse traditionnelle différemment s’il y a une nécessité que les pans de jupe soient tous d’une largeur identique pour des raisons esthétiques. D’après Line Jaque, c’est plus facile de répartir la largueur d’un demi-corps en découpes égales sur 5 bandes que sur 4, faut tenir compte un minimum de l’emplacement des pinces et tout et tout. Pour des personnes fortes, il est même possible de découper 6 bandes, donc 2 petits cotés !
Je décide de relever le défi du petit coté, quitte à faire son patron, autant jouer le jeu du copycat et tenir compte de cette particularité, surtout si elle permet une belle répartition de l’ampleur de la jupe.

Pour ceux et celles que ça intéresse, une gentille lectrice, Asvaah, m’avait donné dans son commentaire une référence vers un patron Butterick de robe avec découpe princesse et petit coté. Je n’ai jamais croisé un autre patron présentant cette découpe.

L’élément brodé amovible qui entoure le corps : on modifie. En l’état, c’est inutilisable et pas du tout portable au quotidien. Mon but est de pouvoir sortir de chez moi sans me faire caillasser dans la rue. Je pensais le remplacer par une bande brodée le long de l’encolure, selon la nature et le style du tissu.

Les plis et les fronces au niveau des hanches, je pense que dans mon cas, vu que j’ai déjà des hanches assez imposantes, on va éviter de remuer le couteau dans la plaie et on va simplement s’épargner une disgrâce supplémentaire. Même si je trouve que le concept est intéressant.

La partie jupe de cette robe reste un problème épineux : l’aspect corolle donne beaucoup de charme au modèle, mais est-ce que ça ne va pas accentuer l’effet « gros fessier » dans mon cas ? Bon, on évite 50% des dommages en ôtant les plis des cotés mais le doute subsiste.
Ma décision : l’ampleur commencera un peu en dessous des hanches, afin de donner une forme « sirène » et non « tente ».

Les manchons : je suis fan, on y touche pas. Je les avais déjà reproduit dans la version crash-test et j’adore ça.

Le fond de robe ne me paraît pas nécessaire pour une robe à porter au quotidien, je pense le remplacer par une doublure. Concernant la couche de triplure de ce modèle, je pense m’en passer pour des raisons pratiques, au quotidien ça risque de donner un aspect trop solennel au modèle. Par contre j’entoilerai bien les parties sensibles pour une belle tenue.
Le corset ? La question ne se pose même pas à mon sens pour une tenue « bureau-compatible », même si ça pourrait être rigolo pour une soirée.

Le choix du tissu sera délicat, car il se fera en fonction du métrage qui sera nécessaire. Pour une version à porter au quotidien, je pense tabler sur un coton pas trop lâche, ou un lin épais, avec une doublure en coton également. Le dupion de soie serait certainement idéal, mais la cagnotte ne le permettra jamais. Concernant le métrage du tissu principal, pour une robe version longue jusqu’au sol, pour les pièces principales + les parmentures + les parements d’ourlet (comme l’ourlet sera arrondi et pour qu’il soit bien formé), j’estime que 10 mètres sont nécessaires. Et oui, ça calme, et ça ne prend pas en compte la doublure (estimation à 8 mètres). Grosso modo…

Je pensais faire une version « courte », aux genoux, plus simple à sortir et à assortir, on gagne quelques mètres mais on passe certainement difficilement en dessous de la barre des 5,50 mètres de tissu principal et 4 mètres de doublure.

Heureusement que j’ai fait le plein de tissus à 1 euro le mètre chez Tissu Eco, ça allège considérablement l’addition !! J’ai également fait le plein de papier kraft chez Aldi, profitant d’une promo car il va falloir les tracer, toutes les graaaaannndes pièces.

Pour récapituler, voici de bien beaux schémas… Tout d’abord, la robe originale, celle de Sansa  dans la série.

Ma robe Sansa, inspirée de la série Game of Thrones, découpes princesse, patronage, devant

Ma robe Sansa, inspirée de la série Game of Thrones, découpes princesse, patronage, dos

 

Ensuite, la version que je compte réaliser. Que je vais essayer de réaliser…

Ma robe Sansa, inspirée de la série Game of Thrones, découpes princesse, patronage,

Ma robe Sansa, inspirée de la série Game of Thrones, découpes princesse, patronage,
Prochaine étape : la réalisation du patron. Préparer-vous mentalement, l’article sera certainement aussi long !!

Bravo si vous avez tout lu!!!

signer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

37 thoughts on “Ma robe Sansa – Partie 1 : Anatomie

  1. Cette robe sera magnifique. Tu as du courage de te lancer dans cette réalisation, qui me paraît assez compliquée. Mais vu tout ce que tu nous fais découvrir, je sais qu’elle sera réussie et que les finitions seront soignées comme à ton habitude.
    Bon courage et merci pour toute les informations que tu donnes, quelque soit le sujet : tricot, couture,……….mamie (je me régale à lire tes articles la concernant).

    • Hello!
      Maintenant que la machine est lancée, on ne m’arrête plus! J’espère que je ne vais pas trop rencontrer d’embûches et que le résultat sera pas trop mal, car ça reste tout le même mon premier projet patronage!!
      à bientôt et merci pour tes encouragements.

  2. .J’ai lu ton post jusqu’au booooouuuuuut ! Je suis époustouflée du travail d’étude que tu as fait, Qu’est ce qu’il ne faut pas faire pour réaliser son rêve !
    d’après le croquis et les petits détails que tu as observés, effectivement cela ressemble au modèle original. Alors courte ou longue ? Mais pour quelles occasions tu vas la mettre ?
    Quel stress lorsque tu vas couper le tissu !
    Je vais suivre avec attention toutes les étapes, je suis épuisée rien que d’avoir lu tout ce que tu auras à faire, surtout le patron, car je n’ai pas assez de patience pour étudier la technique. BON COURAGE !

    • Un bon point pour toi, car tu as lu cet article jusqu’au bout ;)
      Pour la longueur, je pense d’abord me lancer dans une version courte, pour ne pas trop gâcher de tissu. Si c’est une réussite (ou qu’il y a peu à corriger), je me ferai une version longue. J’ai un mariage de prévu en octobre, ça sera l’occasion de porter la version longue.
      Merci de tes encouragements et à bientôt!

  3. Whaou la tartine ….quand tu es passionnée on ne t’arrête plus ! Ton sens de la déduction est assez développé, et le modèle que tu as dessiné me plaît beaucoup. Entièrement d’accord avec toi les blogs avec juste des photos et d****dez vous avec, bof bof…. Beaucoup n’aiment pas se casser la tête.
    Par contre moi aussi j’aime bien raconter, expliquer ce que je fais même si parfois je n’ ai pas toujours autant de temps que je voudrais car c’est très chronophage (oui je sais le mot à la mode mais tellement expressif !) tout ça !!!!
    Hélas ce n’est pas toujours apprécié, une « bonne » copine m’a dit un jour : « De toute façon si c’est trop long, les gens ne lisent pas ! »
    Et bé moi je m’en fiche, je ne suis pas d’accord, je continue à poster des articles avec des détails techniques, et j’apprécie de lire la même chose chez les autres !
    Au plaisir de lire la suite !

    • Hello!!!!
      Pour les blogs et les tartines, je peux comprendre que tout le monde n’aime pas écrire des tonnes de texte, nous c’est surtout qu’on aime parler ;) (et donc écrire!) Et ça prend un temps fou, je pense que tu as une vague idée du temps qu’il m’a fallut pour collecter les infos, les préparer et rédiger cet article, à cette heure la première version de ma robe est presque terminée :( (enfin presque… ça peut encore traîner quelques temps avec moi et mon emploi du temps) Je le faisais pendant ma pause de midi, vu que je ne rentre pas à la maison pour manger.
      Et par rapport à ce que te dis ta copine : le choix est libre de lire le texte ou pas! On peut juste survoler un blog et ne se concentrer que sur les images! Parfois, je ne lis les textes que quand une création m’intrigue ou me plaît vraiment…
      à bientôt et… bonne vacances :p
      (j’ai vu que tu étais « à la neige »)

  4. Quelle analyse ! Quel article ! bravo déjà rien que pour tes déductions et explications du patron. Je trouve ton croquis très réussi, vivement la suite ……….. je vais m’absenter quelques semaines, je crois que j’aurai de la lecture au retour !!

    • Hello!
      Et bien bonnes vacances :)
      Je ne garantie pas que la robe sera affichée sur le blog à ton retour, car je m’absente aussi les 2 dernières semaines d’août! Et vu le temps qu’il me faut pour rédiger, c’est plutôt des anciens articles qui seront affichés. Pas que je recycle des vieux trucs, mais j’ai des photos de créations que je n’ai pas encore traitées et qui attendent leur heure de gloire sur le blog!!
      profite bien et a+

  5. Ayééééé!! Ai tout lu! Pfiou! ;)
    Mais j’ai trouvé ça hyper intéressant! On sent la passion à chaque ligne! Que dis-je à chaque mot! Hé hé hé
    Tout le processus va te demander un temps de malade, mais j’adore quand tu joues les détective-couturière!! J’ai hâte de lire la suite parce que je sais que tu vas me faire découvrir et m’apprendre pleins de nouvelles choses!! C’est trop cool!! :)
    À bientôt! (sur ta boîte mail ;) hi hi hi)
    Bisouuuuuus!!! :D

    • Salut Copine :)
      Si je suis la Sherlock Holmes de la couture, tu veux bien être le Dr Watson??? On ferait un duo d’enfer toi et moi, les détectives-fofolles-couturières, on aurait des imper et des chapeaux… Classe!!
      Bisous!!

      a++

    • Hello!
      C’est vrai que toi tu es vraiment dans les articles descriptifs et plus « techniques ». J’avais justement fait le tour de ton blog pour y trouver des références de patrons que tu conseillais pour les costumes historiques et j’étais tombé sur plusieurs de tes interventions sur le forum des fées tisseuses, entre autre sur un article concernant la robe « Guenièvre » (aussi issue d’un film, avec Keira K. je crois). ça m’a d’ailleurs renvoyé à d’autres sites que je dois encore lire….
      a++++

  6. J’ai tout lu et mieux j’ai trouvé le message très intéressant .je connais un patron de veste croisée (portefeuille) dont le devant est composé de trois pièces .Elles sont nommés par les modèles Simplicity :devant milieu, pièce intermédiaire avant et devant latéral .La veste se ferme par des boutons et brides sur le coté et à l’intérieur par un bouton pression .On trouve ce modèle dans le tendances couture n:7 de l’hiver dernier (modèle 6) ou chez Simplicity sous le numéro 2288 (7509 en Europe) .
    Bon patronage, bonne couture .

    • Hello et merci pour ton message…
      La pièce intermédiaire, je n’avais pas encore entendu (lu) ce terme, ça m’aurait certainement plus aidé que « petit coté ». Je vais pouvoir reprendre mes investigations :) Merci Merci de ton message et des références, ça m’aide beaucoup!!
      Bises!!

    • Hello!

      la prochaine étape devrait décrire le patronage, les différentes étapes, avec des superbbbbeeeesss photos de mes essayages de gabarits.
      Ahlala, je ne suis pas sortie de l’auberge!!
      à bientôt!

    • Hello!
      un feuilleton comme le tien avec la robe croisée (tiens, aussi une robe croisée!) et ces grandes pinces, j’avoue que ça a piqué ma curiosité quand j’ai vu la première photo sur ton blog!
      a++

      (et bonne chance de ton coté aussi!!!)

  7. waouh… quel projet de dingue… et quelle patience pour avoir tout décortiqué et analysé les étapes, c’est un vrai travail de pro et je ne doute pas du résultat au vu de ton talent, tu vas encore nous en mettre plein la vue !

    • Hello!!
      Projet de dingue, je crois que c’est le mot. Après avoir usé et découpé, et retaillé plus d’un rouleau de papier kraft (un rouleau de … 15m quand même), je me rends compte que c’est vraiment un truc de débile et que j’aurai peut être mieux fait de commencer par un tshirt!!!!
      Mais bon, je suis maintenant trop « dedans » pour arrêter, alors je continue!
      Mais une fois la première version (courte) de la robe terminée, je pense que je vais me coudre un truc fastoche, le TODAY de Vanessa pouzet me fait envie, j’ai adoré les versions de Carobidouilles et la tienne (celle inspirée de…)…
      à+++

  8. Super projet et super article ! Et franchement pour une simple fan je trouve ton analyse vestimentaire vraiment très réussie et très fine, tu aurais eu une bonne note à la fac :).
    En tout cas tu as bien du courage de te lancer, moi j’avais bien galéré pour ma robe à découpes bretelles, et encore j’avais fait mon buste et ma jupe de base en cours de couture…Perso les deux choses qui m’ont pas mal rebuté ça a été la gestion du décolleté (qui baill et bizarrement les proportions de chaque partie.

    • Hello!!!
      Je peux déjà te dire que le décolleté m’a posé problème, je détaillerai ça dans mon article final. En fait, j’ai voulu trop l’arrondir et ça n’était pas une riche idée, pour ma prochaine version, je le ferai plus « droit ». Il y a deux ou trois autres trucs que j’ai foiré, mais rien qui soit aussi flagrant que le décolleté. C’est plus des soucis de style que des erreurs de découpes…
      Toute seule c’est pas évident, et je pense que la version que je viens juste de terminée (un version courte de la robe, en fait la concrétisation (plus ou moins) du schéma) est « portable » mais on ne retrouve pas l’esprit de la série… J’en reparlerai plus longuement mais ça ne m’empêchera pas de persévérer!!
      à bientôt et merci pour tes encouragements.

  9. Waouh ! Je t’admire de te lancer dans une aventure pareille… En tout cas l’objectif fait envie.
    Ton histoire de « petit côté » m’a intriguée, je me suis demandée pendant un instant où est-ce que j’en avais déjà vu, et en fait je crois que pas mal de manteaux sont construits comme ça.
    J’ai hâte de voir la progression de ta robe (et ça va me motiver, à mon avis !)

    • Hello!
      Merci pour ton message et tes encouragements! La suite de l’aventure de la robe Sansa arrive ce soir, je suis en train de finaliser mon article….
      Tu as tout à fait raison, le petit coté est une pièce qu’on voit sur les manteaux, je m’en suis rendue compte en faisant quelques recherches…
      à bientôt!!

  10. Mais il est passionnant ton article ! C’est vrai que nous sommes beaucoup de blogueuses (moi la première) à ne pas nous attarder sur l’aspect technique du vêtement car c’est plus simple de montrer deux photos (devant, dos) du vêtement et de dire « voilà ce que j’ai fait » que de détailler la réalisation sous toutes ses coutures et de montrer comme tu le fais si bien tout le travail de recherche. Mais en voyant ton billet, j’ai vraiment envie de faire un effort et de parler plus « technique » parce que c’est vraiment intéressant à lire, que j’apprends des choses ( « devant latéral » : fascinant) et que c’est hyper motivant. Après la lecture de ton post je suis allée voir mes bouquins de coupe à plat (moi j’ai ceux de T. Gilewska) pour me lancer aussi dans l’aventure de patronage. Bon ça c’est arrêté à un gabarit de haut mais le pouvoir galvanisant de ton blog est prouvé ;))
    Merci pour tout ces détails et toutes la doc. Bon courage pour la suite du patronage !
    À bientôt.
    E.

    • Hello!!
      Je ne jette pas la pierre aux personnes qui ne décrivent pas leurs articles en long en large et en travers, car j’ai bien conscience que ça demande beaucoup de temps et de préparation. Moi même, certains articles sont plus vite expédiés que d’autres. N’empêche que quand je tombe sur un article détaillé, je le lis toujours avec beaucoup de plaisir, surtout si c’est un modèle que je veux faire :)
      Pour les livres de T. Gilewska, j’en ai 2 et finalement, lors de la construction de ma robe, j’étais contente de les avoir sous la main (un peu comme les tissus dont on parlait sur ton blog dans les commentaires) car ils sont plus modernes que ceux de Line Jaque et certains style de pièces y sont expliquées quand elles sont absentes chez Line Jaque…
      J’espère que tu t’en sors et que tu seras satisfaite de ton premier résultat à partir de ton buste!!!
      Sinon, tu as trié tes tissus???
      a+++

      Anne

      • Hello Anne, merci pour ta réponse.
        La prochaine fois que je serai ds une librairie je jetterai un oeil sur le bouquin de Jacques Line, tu as piquer ma curiosité.
        Pour mes tissus, peu de progrès (je suis une lente de nature), je me donne jusque fin août pour m’amuser avec mon stock et le faire baisser le plus possible, puis en septembre je ferai un vrai tri. C’est le plan A, pour l’instant .
        Biz !

  11. wouaw! ça c’est de l’article! lol j’ai tout lu et merci de m’avoir cité! trop chouette! lol bon tu as fini ta première version, il est peut-être trop tard (ou pas finalement pour une éventuelle deuxième version à porter au quotidien) mais une chose m’intrigue: tu dis que tu penses peut-être prendre du lin épais, mais tu n’as pas peur qu’il se détende à l’usage? en fin de journée, les modèles ajustés le sont moins avec cette matière, enfin… je crois… peut-être qu’avec le lin épais, c’ est différent! et peut-être aussi qu’un bon entoilage, comme tu l’envisages aux « endroits sensibles », gommera ce défaut du lin… en tout cas, j’ai hâte de lire ton « game of patronnage » (mauvais jeu de mot, je te l’accorde lol)

    • Hello!!
      C’est normal de t’avoir cité, c’était un bon tuyaux que tu m’as donné, j’ai acheté le patron « au cas où » et je le garde précieusement :)
      Ta remarque sur le lin est bien vraie et se confirme à chaque fois qu’on coud qqch en lin… Si je la fais en lin, il faudra que je couse une triplure ou que je renforce certains endroits.
      Au final, je n’avais pas assez du lin que j’avais en tête pour coudre ma version courte, je me suis rabattue sur un autre tissu de mon stock…
      à bientôt pour la suite de ce game of patronage, ce pense qu’un article sera prêt pour ce soir, je suis en train de le finaliser.
      à bientôt!

  12. Pingback: Le patronage du corsage de ma robe Sansa | Oui Patrons !

  13. Quel chouette projet ! C’est toujours un plaisir de lire tes articles. Ton analyse est très complète et intéressante.
    Concernant tes interrogations sur cette pièces mystère qu’est le « petit côté », c’est une découpe que l’on retrouve pas mal dans les corsages type 1880. J’avais récupéré un livre de coupe datant de 1880 sur Gallica, où l’on retrouvait les instructions pour tracer le patron de corsages à « un petit côté », deux petits côtés et même trois ! Si ça t’intéresse, je peux te l’envoyer, je pense que ça pourrait t’être utile. J’avais fait un manteau avec cette méthode et tout tombait bien…

  14. Hello
    Bravo pour cette analyse !
    Je cherche une robe à me faire pour un mariage médiéval fantastique, ton analyse va me permettre de reproduire quelque chose y ressemblant.
    Pour ma part je garde :
    Epaulette (peut etre des manches en plus)
    La longueur
    « La robe portefeuille »

    j’enlève :
    L’effet bouffant sur les coté
    la traine (c’est pas mon mariage u_u)

    Et je réfléchis pour essayer de me faire la parure de broderie…

    J’me lance dans l’aventure !

    Bises !

  15. Wouaahhouuuu.
    Bon, J’étais partie sur une recherche simple « patron princesse »…et ma foi, j’ai trouvé ma réponse et mon inspiration mais je vais faire beaucoup plus simple avec mes petits doigts de débutante… Couturière »amatrice », là c’est fini, ça devient du professionnel!
    Merci et bonne continuation…

  16. Bonjour,
    j’arrive après la bataille, mais je partage l’avis des autres : un article impressionnant, clair et pas dénué d’humour !
    Bon, je n’ai plus qu’à lire la suite des aventures sansarobesques maintenant. Internet, lieu de perdition et de découvertes…

  17. Je découvre ton blog en cherchant des avis sur le livre de Line Jaque, il a l’air bien détaillé et il t’a permis de faire un super beau travail. Quel acharnement pour cette robe! mais elle est très belle. Je suis contente de découvrir ton blog, je repasserai par ici ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>