Back to basique : T-shirt blanc!

tshirt blanc en jersey de coton, modèle de patron burda du mois aout 2011, col bénitier

Parfois, il faut faire dans la simplicité! (Z’avez vu, j’ai les cheveux roses sur les pointes, c’est ma couleur débile de l’été… j’adore!!)

Je suis en cruel manque de t-shirts. Traduisez = j’en ai beaucoup, mais je n’ai plus envie de les mettre et j’en souhaite des nouveaux. Société de consommation, tu me pervertis! Du moins, tu tentes de me pervertir. Mais je ne me suis pas totalement laissée entraîner dans la spirale infernale de l’achat soldé, j’ai déterré une couture qui attendait patiemment d’être terminée depuis… près d’un an.

tshirt blanc en jersey de coton, modèle de patron burda du mois aout 2011, col bénitier

Vous vous dîtes : quoi, plus d’un an pour finir un pauv’ Tee blanc?? Elle craque??

Mais oui mais non. Il était terminé ce t-shirt, assez rapidement en plus mais la finition de l’ourlet laissait vraiment à désirer. Vraiment… L’ourlet était indomptable, il rebiquait systématiquement, même après repassage. Tout y est passé, l’aiguille double, le point zigzag, plus de tension, moins de tension, papier de soie en dessous, au dessus, thermocollant soluble… Entre chaque tentative, son lot de coutures à défaire, c’est évident.

Y’avait un truc pas net avec cet ourlet, ce pauvre t-shirt a donc terminé sa course dans le panier « oui, oui, un jour je me pencherais sur ton cas, sois-en certain ». Il y est resté pendant une année complète, jusqu’à ce jour où l’envie de nouveauté et le réflexe salutaire de ne pas céder aux sirènes des panneaux « dernière démarque » m’ont décidé à combattre ce vilain ourlet récalcitrant.

tshirt blanc en jersey de coton, modèle de patron burda du mois aout 2011, col bénitier

Si je porte ce t-shirt, c’est que l’ourlet a reconnu son maître et qu’il s’est aplati devant ma bravoure. Je vous livre ma recette, qui n’a rien d’un secret : pas de surjet (ça m’a fait mal, mais bon…), un point zig-zag moyen, une tension normale, et du fil mousse (pas dans la canette, là c’était du fil normal).

Une fois piqué, j’ai retaillé le surplus très près de mon zig-zag et ça n’a plus bougé. Pas une seule fois. Pas de roulottage intempestif, pas de rebiquage en traître. Je n’assure pas que cette formule fonctionne à tous les coups, mais là c’était ce qu’il fallait. Le fil mousse a une élasticité salutaire pour le jersey. Pour les manches (le même problème se présentait que pour l’ourlet), j’ai simplement surfiler d’un zig-zag, ça donne un effet de légèreté qui est top pour cette partie, par contre je ne recommande pas cette méthode pour l’ourlet, ça peut être plus (trop?) fragile.

Sinon, pour parler du patron : il s’agit d’une version raccourcie du modèle de robe 116 du burda d’août 2011. Des très jolies versions apparaissaient à une période sur la blogosphère, et le col bénitier me tentait bien.

tshirt à col bénitier burda d'aout 2011, 08/2011, jersey blanc, dessin technique

J’ai taillé un 42, comme toujours quand j’utilise un patron Burda pour un « haut » et j’ai été obligée de le cintrer pas mal pour ne pas avoir l’air d’une femme enceinte (ou avec un ventre à bière, encore pire!). Le modèle n’est pas forcément en cause, je pense que cela vient du fait que je voulais l’utiliser comme top et non comme robe et que je l’ai coupé un peu à l’arrache.

En robe, cette ampleur peut se justifier, pour un top beaucoup moins. Donc un détail à prendre en compte si vous comptez vous aussi tronquer ce patron. Le système de couture dans le dos pour donner l’effet « vague » du col est bien trouvé, ça ne rend pas mal et la finition à l’intérieur est propre. Les manches sont confortables sans être exceptionnelles.

Au final, j’aime bien mon t-shirt parce qu’il est confortable, mais il n’a pas de quoi casser 3 pattes à un canard (pauvre canard…).

Sinon, je profite de ma semaine de vacances pour me pencher sur le patronage de ma robe de princesse de Game of Thrones. Si vous ne savez pas de quoi je parle, c’est que  :

  • soit vous venez d’arriver sur ce blog, donc jetez un oeil sur les précédents articles et vous comprendrez…
  • soit vous ne lisez rien de ce que j’écris et vous ne faites que regarder les images;
  • soit vous vous foutez de moi et c’est pas sympa… ;)

Je récapitule : je désire ardemment avoir une robe de princesse de série (on ne juge pas mes rêves, merci!!)… Et dès que mes yeux se sont posés sur la robe de Sansa* de l’épisode 8 de la saison 3 (précisément!) de Game of Thrones, je me suis dis « Put*** de me***, c’est ça que je veux! ». Oui, pour l’instant je ne suis la princesse que des poissonnières, je le vis bien, merci.

sansa-wedding-reference

Depuis ce jour, je me lance dans l’aventure folle de réaliser entièrement de mes blanches mains, un patron à mes mesures qui me permettra d’avoir une robe semblable et de me prendre l’espace de quelques minutes (heures? jours??) pour une noble dame sous le regard dépité de mon mari. Enfin, pas une réplique exacte de la robe, juste une version inspirée portable en dehors de mon salon.

Une tunique avait déjà été réalisée dans l’esprit des tenues de ladite jeune fille, mais elle ne comblait pas de manière satisfaisante mes désirs royaux. Il faut donc mettre les mains dans le cambouis.

tshirt blanc en jersey de coton, modèle de patron burda du mois aout 2011, col bénitier

Le livre de Line Jaque  » La Technique de la Coupe » est une véritable bible, j’ai déjà lu certains chapitres des dizaines de fois lorsque je bidouillais des patrons. Ces dernières semaines je n’ai pas chômé niveau « technique de la coupe », j’ai réalisé mon gabarit de corsage (et les essayages qui vont bien, ça prend des plombes), mon gabarit de manches, j’ai commencé à décliner mon corsage en corsage à découpes « princesse » avec petit coté, j’ai tracé mes pans de jupe, mon manchon d’après mon patron de manche courte…

tshirt blanc en jersey de coton, modèle de patron burda du mois aout 2011, col bénitier

Heureusement que j’ai trouvé du papier kraft pas cher chez Aldi!! Je sens que je vais en utiliser beaucoup!

Les premiers essayages, les premières corrections, tout cela prend du temps mais petit à petit cela commence à prendre forme et je me réjouis de partager sur ce blog cette grande épopée plus en détails! A suivre dans les prochains articles! J’ai justement pris des photos régulièrement pour illustrer mon cheminement.

signer

* Alors oui, techniquement Sansa n’est pas une princesse, horde de geeks amateurs de fantasy, quittez ce blog séance tenante! On s’en fiche un peu dans le cadre d’un article sur la couture, n’est-ce pas? L’essentiel c’est que sa robe soit super belle, non?

Mon pull rouge en mohair

Qu’il est beau, qu’il est doux, qu’il est chaud et surtout… portable!

pull en laine rouge, modèle catalogue lang, kid mohair et soie, pull col roulé, modèle basique, tricot, aiguille 5, ambiance laine ColmarDepuis mon beau pull Goldorak, qui était acceptable mais trop grand pour moi, j’ai un peu amélioré mon potentiel de tricot, grâce à mon coaching de choc : le Club de Tricot du village d’à coté.

C’est presque toute seule que j’ai tricoté ce pull! Le modèle vient d’une fiche qu’on m’a donnée au magasin Ambiance Laine de Colmar, je n’ai malheureusement pas de référence précise à fournir. D’après la présentation, il s’agit d’une copie d’un ancien catalogue des laines Lang.

pull en laine rouge, modèle catalogue lang, kid mohair et soie, pull col roulé, modèle basique, tricot, aiguille 5, ambiance laine ColmarPour ne pas tenter le diable et me fourvoyer en comptant des mètres (ou des yards) de laine, j’ai opté pour la superbe laine conseillée par le modèle, à savoir la Mohair Luxe, une mélange tout doux de Kid Mohair et de soie. Quand je l’avais en main, j’avais l’impression de câliner un petit chat.

pull en laine rouge, modèle catalogue lang, kid mohair et soie, pull col roulé, modèle basique, tricot, aiguille 5, ambiance laine ColmarLe modèle est tricoté avec des aiguilles 5, du point jersey tout bête, ce qui donne le petit roulotté des ourlets. Cela va d’ailleurs beaucoup plus vite que je ne l’aurai imaginé, il était très vite terminé. L’étiquette de la laine conseille des aiguilles 3, l’utilisation des aiguilles plus grosses lui confère son aspect léger et transparent (je le porte avec un sous-pull assorti).

pull en laine rouge, modèle catalogue lang, kid mohair et soie, pull col roulé, modèle basique, tricot, aiguille 5, ambiance laine ColmarLe modèle original ne comprend pas de col, mais comme il me restait un peu de laine, et surtout que j’avais une flemme incroyable de faire des tonnes de kilomètres depuis ma cambrousse pour aller rapporter UNE pelote en boutique, j’ai décidé de relever les mailles du col avec des aiguilles circulaires et de tricoter un cylindre pour faire un col bénitier.

pull en laine rouge, modèle catalogue lang, kid mohair et soie, pull col roulé, modèle basique, tricot, aiguille 5, ambiance laine ColmarJe ne regrette pas car ce col tient bien chaud et retombe joliment sur les épaules.

Voilà l’histoire (bien peu originale, j’en conviens) de ce pull! C’est un modèle simple que je garde précieusement, si je retrouve une belle laine fine, je le referai avec plaisir dans une autre couleur. Par contre, il faut prévoir un sous-pull assorti à porter en dessous, transparence oblige…

pull en laine rouge, modèle catalogue lang, kid mohair et soie, pull col roulé, modèle basique, tricot, aiguille 5, ambiance laine ColmarSinon, je commence tout doucement à penser à mes cadeaux de noël, j’ai d’ailleurs un coupon de jean clair en train de tourner en machine avec de la teinture textile… Pas trop d’idées encore, pas trop de temps non plus, mais ça va venir….

 

Moyen du coté de chez Burda

Mouais, un peu déçue par ce top qui avait pourtant l’air prometteur !

Je gardais précieusement ce coupon de voile de jersey pour en faire un top et c’est quand j’ai craqué pour cette jupette marron que j’ai eu la révélation : les motifs sont du même bleu que mon coupon, je vais pouvoir avoir un top assorti. Pour moi qui ne porte pas de marron, c’était une nécessité, sinon je ne sais pas comment j’aurai assorti la jupe. En même temps j’avais qu’à pas l’acheter, mais c’est une autre histoire.

 Le modèle qui me plaisait était celui-ci, du burda du mois de novembre. Pour couronner le tout, c’était le patron rose, celui où y’a toutes les explications. Fastoche que je me suis dis, ça va être réglé en deux minutes.

 

Tout à fait ce que je voulais, un top cool et drapé. Les pièces s’assemblent bien, ça se monte tout seul, même pas vraiment besoin de regarder les instructions. Premier essayage : comme souvent chez burda, j’ai été obligée de reprendre un peu aux emmanchures. Rien de nouveau sous le soleil, c’est la même chose à chaque fois.

Par contre, je ne sais pas si ça vient de mon tissu, mais ce top est presque une robe, il est très long. Pas de problème, quelques fronces pour donner du style et ça repart.

 Mais y’a rien à faire, cette histoire de manches « décalées », où la couture d’épaule se retrouve au mieux du biceps (car oui, j’ai des biceps, pas musclés, mais ils existent bel et bien), c’est pas mon truc. L’arrière de la manche à tendance à gonfler, et même en reprenant c’est pas génial, et trop tendre le tissu le fragiliserait inutilement.

Je vais voir pour reprendre les manches et les « remettre à leur place », là où elles doivent être : sur l’épaule, en espérant que le modèle ne sera pas trop déstabilisé par ce changement, car je n’ai plus assez de tissu pour recouper des nouvelles manches !!

Donc un résultat mi- figue mi-raisin pour ce top, pareil avec les photos, j’en suis pas 100% satisfaite. Les photos en extérieur, c’est plus compliqué !!!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...