Garde robe de grossesse… Du jersey!

Ben oui, je m’habille un peu différemment en ce moment, j’ai pris de l’envergure, voyez-vous. Des patrons de vêtements de grossesse, y’en a pas des cagettes et bien souvent, ils ne sont pas très jolis.

vêtement de grossesse, Megan Nielsen, jersey, interlock, jersey milano, pull, fronces, surjeteuse, patron modifié,

J’ai voulu opter pour du pratique et du confortable (= du jersey), en partant du principe que ces vêtements de grossesse ne me serviront pas tant que cela, et qu’ensuite ils seront remisés dans un bac en plastique à la cave, en attendant la prochaine fournée. Je ne voulais pas non plus passer des heures à me coudre une garde robe complexe, j’ai opté pour du basique dont le patron de Megan Nielsen, « Ruched Maternity Top« . A un moment, j’ai voulu me lancer dans la réalisation de mon propre top de grossesse basé sur mon patron de base, mais… la flemme. La flemme totale!

Ruched Maternity Top, Megan Nielsen version top

vêtement de grossesse, Megan Nielsen, jersey, interlock, jersey milano, pull, fronces, surjeteuse, patron modifié,

Je suis assez satisfaite du patron de base que propose Megan Nielsen, même s’il n’est pas particulièrement bon marché, je ne regrette pas mon achat. Pour l’instant, il a été cousu deux fois, une fois en version pull avec un jersey épais rouge, et une seconde fois en version robe dans un interlock noir de superbe qualité.

Ce jersey rouge, je le gardais précieusement depuis des plombes, je n’en avais qu’un petit coupon.

Et quand on a payé assez cher pour 1,50m de tissu… on utilise tout! Le moindre centimètre carré! L’esprit de Super Mamie est en moi, vous pouvez le constater :)
Pour obtenir des manches longues, j’ai été obligée de coudre deux morceaux de tissu au niveau du coude. Grâce aux plis qui se forment naturellement à cet endroit, cette rustine passe presque inaperçue.

J’ai réduis la longueur des épaules, qui me semblaient un peu tombantes pour ma taille (L) et j’ai repris l’embu des manches.

Il me restait encore un peu de tissu, la lisière essentiellement, j’en ai profité pour rajouter un col un peu bénitier qui a aussi comme fonction de consolider l’encolure, qui dans le modèle de base, est très échancrée.

Ce modèle prévoit de la place au niveau du ventre! Je l’ai cousu quand je n’étais enceinte que de 4 ou 5 mois, et … je ne remplissais pas « la poche » sur l’avant! J’ai cousu une coulisse et rajouté un élastique dans l’ourlet qui a pour fonction de bien caler le pull sous le ventre et faire qu’il ne remonte pas. C’est une astuce toute simple, mais que j’utiliserai pour mes prochaines versions, à manches courtes.

Comme ma machine à coudre était déjà bien grippée et malade quand j’ai cousu ce top (en décembre je pense), il a été entièrement fait à la surjeteuse, j’ai seulement piqué les ourlets de manches et la coulisse avec le seul point que me proposait ma vielle machine, un zig-zag large (bouton sélecteur bloqué…).

Et bien après 2 ou 3 portages, le tissu a bouloché, mais alors, comme je n’ai jamais vu ça! J’étais à la fois furieuse et étonnée, d’après la composition, il n’y avait pas de synthétique et pourtant les bouloches sont exactement les mêmes que celles qu’on peut collectionner sur nos vieux sous-pulls du collège (nostalgie!!), ceux qui nous faisaient dresser les cheveux sur la tête avec l’électricité statique quand on les enlevait. Comme quoi, les tissus chers…

Ruched Maternity Top, Megan Nielsen version robe

vêtement de grossesse, Megan Nielsen, jersey, interlock, jersey milano, pull, fronces, surjeteuse, patron modifié,

Comme j’étais assez contente de la version pull de ce patron, que je portais beaucoup, je me suis lancée dans une version robe en rallongeant simplement au delà de l’ourlet.

Pas de rustine aux manches pour cette version, le col est plus étroit que pour le pull. Pas non plus besoin de rajouter un élastique au niveau de l’ourlet pour caler le ventre…

Mes remarques par rapport à la version pull sont les mêmes, j’ai d’avantage réduis l’embu des manches (mon tissu est assez épais) et il n’y a pas eu d’intervention de la machine à coudre sur cette robe, tout a été fait à la surjeteuse. Les ourlets sont des surjets à 3 fils, pour une robe qui ne me servira que quelques mois dans ma vie, j’ai estimé que c’était suffisant. De plus, je n’avais ni le temps, ni la forme physique, ni une machine à coudre opérationnelle à consacrer à un tel projet.

Je la porte très souvent, elle est confortable et va avec tout.  Pour celles qui cherchent une jolie robe de grossesse, je ne peux que vous conseiller cette version rallongée du top de grossesse de Megan Nielsen.

Robe de grossesse Burda, modèle 127 – février 2012

vêtement de grossesse, burda, mode maternité, février 2012, jersey, interlock, jersey milano, pull, fronces, surjeteuse, patron modifié,

Ayant ce magazine de février 2012 dans mon stock, je me suis dis : pourquoi ne pas tenter un modèle de vêtement de grossesse de chez Burda? Dans l’ensemble, je suis souvent satisfaite du tombé des robes et des tops de la marque allemande! En plus, j’avais en stock un jersey un peu épais presque identique à celui du magazine et la forme des manches raglans me tentait.

Rien qu’en recopiant les quelques pièces j’ai eu peur… Un sac! Un véritable sac à patates!! On aurait pu croire des morceaux d’un patron japonais, ces modèles informes et sans pinces (si, une toute petite pince poitrine).

Premier réflexe : rajouter des pinces dans le dos. Parce que je ne sais pas comment cela se passe pour vous, mais moi, je ne suis pas enceinte du dos, c’est plutôt assez concentrée vers l’avant, je n’ai pas besoin d’une aisance de fou au niveau de la chute de reins. J’ai repris les valeurs de pinces de mon patron personnel et je les ai ajoutées à la pièce du dos.

vêtement de grossesse, burda, mode maternité, février 2012, jersey, interlock, jersey milano, pull, fronces, surjeteuse, patron modifié,

Pour l’avant du patron, je n’ai pas rajouté de pinces de taille, vu que j’en n’en ai plus (RIP, peut-être te reverrais-je un jour…), j’ai plutôt enlevé des centimètres sur les cotés des pièces dos et devant pour un peu plaquer le tissu au niveau de la poitrine, tout en laissant de l’espace au niveau du ventre qui est amené à pousser pendant encore 2 mois, voir 3.

Pour avoir une petite fantaisie sur ce modèle assez sobre (hormis la couleur), j’ai utilisé une jolie dentelle élastique pour couper les manches. En fait, il s’agit de deux morceaux de dentelle, cousu l’un au dessus de l’autre pour avoir assez de hauteur et créer un petit volant.

Une fois modifié, ce modèle est à peine acceptable, mais pas satisfaisant, je pense que j’en coudrais peut-être une version tshirt pour l’été, mais ça n’est pas encore fait! Et cela sera dans un tissu fin, car le tissu conseillé par le magazine, un jersey épais, comme ce que j’ai utilisé, ne fait que d’accentuer le coté lourd de la coupe.

Si vous avez le magazine dans votre stock, je ne suis pas certaine que cela vaille le coup de se lancer dans ce modèle, à moins de garder en tête qu’il faudra des essayages et des ajustements. Pas la peine de se lancer à la poursuite de ce numéro pour ce patron en particulier, il n’en vaut pas la peine.

Maintenant que je l’ai cousue, je vais porter cette tunique, mais elle ne m’emballe pas plus que cela.

vêtement de grossesse, burda, mode maternité, février 2012, jersey, interlock, jersey milano, pull, fronces, surjeteuse, patron modifié,

On ne le voit pas très bien sur ces photos, mais j’ai changé de machine à coudre! Avant, j’avais une brave Bernina 830 qui avait presque 35 ans et qui m’a bien servie. Paix à son âme, elle a quitté cette terre tout doucement, ces boutons se bloquant les uns après les autres… Pour mes 30 ans, je me suis payée (avec l’aide d’une jolie cagnotte familiale) une Bernina 1008 qui trône maintenant sur ma table.

Cette robe en jersey a été ma première (et ma seule) création sur cette machine. Au contraire de l’autre robe, celle ci est entièrement réalisée avec Bernina 1008, je voulais tester les points élastiques et surjets, ça fonctionne très bien même si c’est très gourmand en fil.

Dans l’immédiat, la couture va rester une activité plus que ponctuelle, la position assise et penchée sur une table ne me convient pas. Enfin… Cette position ne convient pas à mon locataire.

anne-7-eme-mois-chuck

non, les échographies ne sont pas encore aussi détaillées que cela…

Vous ne le savez pas, mais j’héberge un mini Chuck Norris dans mon ventre. Il passe le plus clair de son temps à se préparer à taper tout le monde le jour de son arrivée sur terre, donc c’est cours de kung-fu a gogo, ce qui m’oblige à rester allongée ou vautrée la plupart du temps depuis déjà 2 semaines.

J’ai donc une superbe machine à coudre toute neuve, et pas la possibilité de l’utiliser! Par contre, je tricote… Vous avez peut-être vu plus haut, sur mes épaules, le modèle de châle Mellow Yellow que Saki a créé. J’ai eu la chance de faire partie des testeuses de ce patron, et c’est avec beaucoup de plaisir que je l’ai tricoté, en pensant envelopper (ligoter?) mini Chuck Norris dedans à sa naissance.

vêtement de grossesse, burda, mode maternité, février 2012, jersey, interlock, jersey milano, pull, fronces, surjeteuse, patron modifié,

vêtement de grossesse, burda, mode maternité, février 2012, jersey, interlock, jersey milano, pull, fronces, surjeteuse, patron modifié,

Normalement, le modèle devrait être disponible à la vente courant du mois d’avril, je vous invite à suivre le blog de Saki pour plus de détails et surtout pour admirer ses versions à elle, qui sont superbes!

A bientôt, pour plus de vêtements de grossesse!

signer

 

 

Tunique couleur Nutella, Mmhhh… Nutella…

tunique froncée avec manches papillon Drape Drape 3 marron, en jersey de coton épais, plus de chocoCe n’est pas vraiment une tunique de saison que je présente, mais elle a été cousue en hiver! Il s’agit d’un modèle issu du formidable Drape Drape 3, cette série de bouquin est vraiment une mine d’idées et de modèles tous plus géniaux les uns que les autres.

Celui-ci m’a fait flasher grâce à cette partie froncée qui coule le long de la hanche. Assez pratique pour être portable tous les jours, assez sobre pour le boulot…

Pour une mini touche de couleur, une pastille en métal turquoise, et le tour est joué!

Ce modèle n’est vraiment pas compliqué à faire, j’ai cependant quelques remarques

tunique marron drape drape 3, photo de référenceCe sont mes impressions mais elles peuvent éventuellement vous êtres utiles si vous souhaitez réaliser cette tunique.

  • Le tissu que j’ai choisi est trop épais… Il s’agit d’un jersey de coton qu’on pourrait le situer entre le tissu à sweatshirt et le jersey à Tshirt. Hyper confortable, douillet et chaud, il n’en reste pas moins que l’on ne retrouve pas du premier coup d’œil le coté fluide de la photo de référence, ma version est plus rigide.
  • Ce patron ne comporte pas beaucoup de pièces : une pièce géante qui constituera l’avant et l’arrière de la tunique, une pièce pour l’effet croisé de l’avant (celle qui passe en dessous pour faire cache cœur), deux manches et c’est tout. Il n’y a qu’une couture latérale, celle qui forme les fronces. Vous vous demandez certainement pourquoi je vous énonce tout ça, que le froid me fait disjoncter, mais il y a un but, vous verrez… Donc il n’y a qu’une couture latérale, nous en étions là. D’après le patron, la partie devant « du dessous », qui forme l’effet cache cœur se fixe d’un coté au niveau de l’emmanchure et de la couture latérale froncée (logique) et de l’autre… Ben je viens de dire qu’il n’y a pas de seconde couture latérale ! De l’autre coté, il faut coudre l’extrémité sur une ligne imaginaire, là ou se trouverait un équateur de couture latérale. Je vous laisse imaginer l’effet qui tiraille et qui déforme, c‘est pas beau à voir. J’ai testé, j’ai constaté, j’ai décousu et trouvé une autre solution. Je voulais rattacher cette partie « qui passe en dessous » à la seule couture latérale dispo, celle des fronces et pour faire cela, j’ai rallongé la pièce de manière à ce qu’elle m’entoure le corps, comme une sorte de brassière. Et ça fonctionne très bien, et plus de couture qui tire !
  • tunique marron drape drape 3, image de référenceLa partie froncée pèse, surtout dans un tissu épais comme le mien. Lors de l’essayage j’ai vu que l’encolure devait soutenir beaucoup de poids et se détendait, j’ai donc rajouté un biais en coton pour la renforcer.

En dehors de cela rien à redire, je trouve que ce modèle tombe parfaitement et son coté plein d’emphase avec cette traîne sur la hanche à un style très péplum que j’apprécie.

Tiens, y’a des chocolats qui trainent…

tunique froncée avec manches papillon Drape Drape 3 marron, en jersey de coton épais, plus de chocotunique froncée avec manches papillon Drape Drape 3 marron, en jersey de coton épais, plus de chocotunique froncée avec manches papillon Drape Drape 3 marron, en jersey de coton épais, plus de choco

 

Douceur gris perle

robe gris perle avec un noeud et des perles comme bouton, plis dans le bas, manches froncées. Style romantique et bohème, tissu léger argenté.Faire une toile… Une robe test!

Après tout pourquoi pas! Dans l‘article précédent traitant de la chemise de mon Homme, j’avais évoqué des chutes de tissu argenté dans lesquelles j’avais taillé certaines pièces du col… Voici le destin du coupon principal.

Depuis un petit bout de temps je lorgnais sur une jolie robe du Burda du mois de juillet 2011. Si je n’ai pas franchi le pas plus tôt, c’est qu’elle se trouvait dans la catégorie des grandes tailles (44-52) et que j’avais peur de me retrouver avec une sorte de grand sac autour de moi, en lieu et place de la douce et délicieuse robe en soie qui illustrait ce modèle.

robe gris perle avec un noeud et des perles comme bouton, plis dans le bas, manches froncées. Style romantique et bohème, tissu léger argenté.Pas forcément une robe de tous les jours, je vous l’accorde. Mais si charmante avec son joli noeud sur l’avant. Et sa découpe en triangle à l’arrière. Bref, pleins de détails soignés et pas trop clinquants pour cette robe qui se prête à un tissu soyeux et satiné.

robe gris perle avec un noeud et des perles comme bouton, plis dans le bas, manches froncées. Style romantique et bohème, tissu léger argenté.Je ne suis pas si éloignée que ça des mensurations proposées dans les modèles grandes tailles, mais j’avais peur que la coupe ne soit pas vraiment adaptée à ma morphologie. Au final, je me suis lancée à sortir la plus petite taille du patron, c’est à dire du 44 et je me suis dis que je couperai mon tissu sans marges de couture, afin d’arriver à une sorte de 42 bâtard, ce qui s’approche assez bien de ma taille.

J’ai une soie semblable à celle de la photo de référence mais… au moment de me lancer à tailler mes pièces… J’ai eu comme un doute, ce genre de pressentiment qui te conseille de laisser vite fait tomber ton ciseau et de réfléchir encore quelque minutes avant de charcuter ton coupon.

robe gris perle avec un noeud et des perles comme bouton, plis dans le bas, manches froncées. Style romantique et bohème, tissu léger argenté.Une robe crash-test? Pour tester mon idée (pas forcément lumineuse) de tailler sans surplus le 44 pour obtenir un 42? Tiens, il me reste encore du tissu à 1euro le mètre dans l’armoire, ça tombe bien! C’est lui qui va subir mes délires et idées potentiellement dangereuses.

C’est comme cela qu’une robe destinée à être en soie se retrouve dans un mélange de coton polyester gris perle, presque argenté.robe gris perle avec un noeud et des perles comme bouton, plis dans le bas, manches froncées. Style romantique et bohème, tissu léger argenté.Je ne regrette pas d’avoir fait cet essai, car au final je me rends compte que… Cela se confirme… Cette forme n’est pas du tout faite pour moi et qu’en dessous de la poitrine, c’est un peu un sac, malgré les tentatives infructueuses de cintrer un peu le modèle. La taille empire ne me va pas.

La partie supérieure avec le noeud est magnifique, je l’adore, c’est ça qui donne tout son charme à cette robe, mais en dessous, bloup sac power! Dommage.

C’est d’ailleurs pour cela que les photos ne montrent que cette belle partie supérieure. ;)

Les manches sont comme celles de la précédente blouse en soie encre, mes préférées, bouffantes, larges, froncées. Il était indiqué de faire une fente de manche, j’ai suivi l’explication de Burda qui était tout à fait compréhensible (faut en profiter quand c’est le cas!!!). Au final, dans le cas de cette robe, cette fente n’apportait pas grand chose, je passais ma main sans souci à travers l’ouverture une fois celle-ci fermée. Je n’ai pas piqué de boutonnière, par contre j’ai cousu une perle d’un ancien collier, une sorte de faux bouton pour décorer.

robe gris perle avec un noeud et des perles comme bouton, plis dans le bas, manches froncées. Style romantique et bohème, tissu léger argenté.La partie triangulaire à l’arrière n’est pas facile à faire! Malheureusement pour moi, je ne suis pas la reine de la précision, c’est certainement ce défaut qui m’a pénalisé et qui fait qu’il semble y avoir un peu trop de tissu dans le dos par rapport au col. Après trois tentatives infructueuses de rétablir un semblant d’équilibre dans ce secteur, j’ai laissé « tel quel », inutile de déchiqueter le tissu.

Je ne sais pas si porterai très souvent cette robe. On m’a également proposé de la couper pour en faire un top, ce qui reviendrait à ne conserver que la partie qui m’intéresse! J’y songe, mais je ne suis pas encore décidée.

On m’a également proposé d’en faire une chemise de nuit car « ça y ressemble déjà beaucoup ».

La nuit porte conseil, je verrai ce qu’il adviendra de cette réalisation.

robe gris perle avec un noeud et des perles comme bouton, plis dans le bas, manches froncées. Style romantique et bohème, tissu léger argenté.

Style Amy Winehouse – Robe à pois

Robe à pois "Drape Drape"

Vous l’avez peut-être reconnue, il s’agit d’une robe du livre japonais « Drape Drape tome 1″, qui a la particularité de n’être constituée que d’une seule et unique pièce. Une sorte de grand papillon dont les ailes permettent de froncer les cotés et les manches avant de les relier à la partie principale.

Quelques belles versions de cette robe, à voir sur le blog de Bonome et celui de Maritxu.

Quand je suis tombée sur ce coupon de jersey de viscose à pois, cet été, c’est immédiatement à cette robe que j’ai pensée. Malheureusement, entre la pensée, le projet et la réalisation, des mois s’écoulent!

Ce qui est marrant avec ce tissu, c’est que les pois sont plus denses au niveau des lisières, j’ai donc coupé la robe à 90° du droit fil pour profiter de cet effet et avoir les pois concentrés sur le bas.

Robe à pois "Drape Drape" Blog de couture Oui Patrons

Maintenant c’est bientôt l’hiver et je la porte avec un sous-pull en attendant les beaux jours pour profiter de sa légereté. En tout cas pour celles qui veulent un projet de robe rapide à faire (en une après-midi), ce modèle est pour vous!

Le plus long doit être de préparer les fronces… Pour l’encolure, au lieu de retourner le tissu comme préconisé, j’ai préféré poser un biais coupé dans une chute du tissu. Idem pour l’ourlet, ça lui donne un peu plus d’aplomb car mon tissu est vraiment léger.

Robe patron japonais "Drape Drape" blog couture Oui Patrons

C’est de la bonne choucroute que j’ai sur la tête? Pas besoin de brushing, je me suis levée ce matin comme ça, dans le miroir, la réaction était immédiatement:

« Mince alors, j’ai mangé Amy Winehouse ou quoi? »

Et là, mon cerveau embrumé a tout de même réussi à faire l’association d’idées :

Amy Winehouse –> rétro –> robe 50′s –> tissus à pois –> hé, mais j’en ai une de robe à pois! et la choucroute est prête elle aussi!! –> Appareil photo pour des essais pendant que le chéri dort encore (sinon il se moque de moi, le scélérat!)

Petit passage dans la salle de bain pour l’eye liner touch’ et voilà!

Robe à pois livre japonais "Drape Drape" blog couture Oui Patrons

Mon premier cadeau de Noël est arrivé! Non en Alsace, on ne fête pas Noël en avance!! J’ai pu ouvrir ma boîte car je devais essayer les bottes pour vérifier la taille. Et maintenant que la boîte est ouverte, pourquoi les remettre dedans? ;)

Des belles Doc Marten’s montantes « qu’on avait les mêmes à 15 ans »!! Je retombe dans l’adolescence! Avec ou sans crise?

Moyen du coté de chez Burda

Mouais, un peu déçue par ce top qui avait pourtant l’air prometteur !

Je gardais précieusement ce coupon de voile de jersey pour en faire un top et c’est quand j’ai craqué pour cette jupette marron que j’ai eu la révélation : les motifs sont du même bleu que mon coupon, je vais pouvoir avoir un top assorti. Pour moi qui ne porte pas de marron, c’était une nécessité, sinon je ne sais pas comment j’aurai assorti la jupe. En même temps j’avais qu’à pas l’acheter, mais c’est une autre histoire.

 Le modèle qui me plaisait était celui-ci, du burda du mois de novembre. Pour couronner le tout, c’était le patron rose, celui où y’a toutes les explications. Fastoche que je me suis dis, ça va être réglé en deux minutes.

 

Tout à fait ce que je voulais, un top cool et drapé. Les pièces s’assemblent bien, ça se monte tout seul, même pas vraiment besoin de regarder les instructions. Premier essayage : comme souvent chez burda, j’ai été obligée de reprendre un peu aux emmanchures. Rien de nouveau sous le soleil, c’est la même chose à chaque fois.

Par contre, je ne sais pas si ça vient de mon tissu, mais ce top est presque une robe, il est très long. Pas de problème, quelques fronces pour donner du style et ça repart.

 Mais y’a rien à faire, cette histoire de manches « décalées », où la couture d’épaule se retrouve au mieux du biceps (car oui, j’ai des biceps, pas musclés, mais ils existent bel et bien), c’est pas mon truc. L’arrière de la manche à tendance à gonfler, et même en reprenant c’est pas génial, et trop tendre le tissu le fragiliserait inutilement.

Je vais voir pour reprendre les manches et les « remettre à leur place », là où elles doivent être : sur l’épaule, en espérant que le modèle ne sera pas trop déstabilisé par ce changement, car je n’ai plus assez de tissu pour recouper des nouvelles manches !!

Donc un résultat mi- figue mi-raisin pour ce top, pareil avec les photos, j’en suis pas 100% satisfaite. Les photos en extérieur, c’est plus compliqué !!!

2 tops japonais pour la rentrée de ma p’tite soeur!

En plus d’être une gentille copine, je suis une gentille soeur. Ma petite soeur voulait un peu de neuf pour sa garde robe, et avec un budget serré, pas toujours évident de trouver des tops originaux et pas trop mal fichus. Justement, je suis en plein rangement de mon placard à tissus, et je lui ai annoncé :  » Les coupons d’un mètre ou moins, tu peux taper dedans, choisis ce qui te plait, je te fais la fringue qui va bien. »

Elle a sélectionné divers coupons dont un taffetas rouge pour une future jupe, un coupon fleuri pour une robe et deux en jersey pour des tops. Ensuite, nous sommes passées à la sélection des modèles. Pour les morceaux de jersey : des tops du livre Drape Drape. Si tôt dit, si tôt fait, deux jours après ils étaient disponibles.

Voici le premier, il s’agit normalement d’une sorte de tunique…

Le coupon de tissu est une sorte de matière de maillot de bain, qui coule entre les doigts, qui est fraîche sur la peau et très légère. Malgré la beauté de ce coupon, cela fait 6 mois qu’il est dans mon armoire, et je ne trouvais pas quoi en faire. Il « drape » très bien, et ce modèle le met super bien en valeur, elle ne peut pas regretter son choix! J’ai coupé une taille S pour son 36-38 et c’est impec’. Par contre j’ai du tricher lors du placement du patron, car mon coupon était trop petit, et surtout pas très large, j’ai été obligée de bidouiller au niveau des bretelles.

Comme vous pouvez le voir, j’ai découpé une partie des bretelles au niveau du devant et du derrière (le patron asymétrique est une seule pièce géante), j’ai scotché le bout de patron de bretelle devant droit avec le bout derrière droit et pareil pour la gauche, et j’ai coupé mes bretelles à part dans une chute du tissu.

Au niveau de l’assemblage, ça se présente donc comme ça :

La couture n’est pas sur l’épaule, à la place il y en a deux, une devant et une derrière. Finalement ça ne choque pas, c’est même très joli! Un petit détail en plus.

J’ai eu beaucoup de mal avec l’encolure, avec le biais en jersey ça gondolait, ça tirait… Finalement j’ai tout défait et j’ai ajouté un biais en lin couleur jeans, très doux. Je l’ai rentré à l’intérieur, il est invisible sur l’avant mais apparaît selon les mouvements.

C’est pareil au niveau des bretelles, en plus ça donne de la tenue à ce tissu très mou.

J’ai profité de l’occasion pour affiner les réglages de ma surjeteuse et de ne plus me lancer avec les réglages de bases pour tous les tissus.

Bien plates et bien droites!

Idem pour l’ourlet à la double aiguille, tout droit. Je sais que je dois aussi un peu travailler sur la tension du fil, qui est une notion très importante et que je maitrise mal…

Un beau petit top que je conseille à tout le monde! Choisissez un tissu bien lourd et très élastique. Dans un jersey de soie ça doit être un vrai chef d’oeuvre.

 

Le second top est issu du même livre, il s’agit du tshirt basique que j’ai revisité.

Quand j’ai assemblé ce top, l’encolure m’a semblée immmmmmeeeensse. Ooops, coupé c’est coupé! J’ai rattrapé le coup en fronçant tout le long de l’encolure, en bidouillant les réglages de la surjeteuse, ce qui a en plus créé ces petites fronces autour du col, qui rajoute encore du volume à ce top.

Comme pour le précédent, l’encolure était une torture, j’ai préféré tout couper (et oui!) avant de me décider à poser du biais satiné doré. J’ai décalé un peu le biais en le piquant, pour créer cet effet de torsade.

Pour ne pas aplatir le biais, il est cousu à la main.

Les manches étaient très longues à mon goût. Devant ma télé, en regardant un film assez pourri je l’avoue (merci canal + de diffuser Predators, c’est une daube), je me suis rendue compte du potentiel « style militaire » de ce top, j’ai donc décidé de jouer de ce coté, j’ai plissé les épaules et j’ai ajouté le même biais plié pour faire une sorte de galon ou d’épaulette. Quelques surpiqûres et le tour est joué. Si j’avais eu un bouton doré, ça aurait été le top, mais rien de ça dans ma boîte, je ne suis pas riche en boutons.

Même attention accordée aux réglages de la surjeteuse, même si cette fois ça gondolait un peu plus, je n’ai pas trop compris pourquoi.

Et pour l’aiguille double, j’ai bien baissé ma tension pour éviter la formation du « bourrelet » caractéristique de l’utilisation de cette technique, au final, après quelques tests c’était bien comme il faut. Avant de piquer à l’aiguille double, j’ai surjeté le bord.

Voilà, ces deux tops sont très rapides à faire, même si j’ai un peu trainé devant la télé, je profite de mes vacances!

J’ai l’impression de mieux maîtriser les tensions de ma machine, mais je sais qu’il faut que je sois vigilante, souvent quand je présente à ma prof de couture un travail que j’ai réalisé seule à la maison et sur lequel je vois des problèmes, cela vient dans 90% des cas d’un problème de tension. Elle m’a fait faire des tests, toucher, étirer et j’essaye de reproduire ses gestes à la maison.

Pour ceux et celles qui sont intéressés par la tension des fils, il y a cet article du magazine Thread (anglais) et aussi ce petit test pour ajuster la tension à un tissu particulier.

Et vous, la tension de votre machine? Maîtrise totale ou pifomètre?

Doubler le top C3 -faire fonctionner sa logique 2eme partie

J’ai fait une seconde version top sur la base de la robe C3 du livre « La couture au féminin », mais comme le tissu était beaucoup plus fin que la popeline de coton utilisée la première fois, je l’ai doublé différemment. Voici donc ma manière de faire, je rappelle que ma méthode n’est certainement pas la meilleure, car je ne suis pas prof, ni pro… Si vous trouvez des choses étranges, n’hésitez pas à le signaler dans un commentaire.

Voici une planche « complément » au premier tuto, dans lequel je doublais le tissu de manière différente. Le pdf est aussi disponible, sinon, il faut cliquer sur l’image pour l’agrandir.Le résultat est très joli, j’aime particulièrement le biais vert d’eau, j’ai hésité avec du rose, mais le vert tranche mieux. Il plaît à sa nouvelle propriétaire, c’est l’essentiel!


Vogue v1259 by Donna Karan

Après des heures de bataille acharnée, je viens de terminer ce modèle. J’avais flashé sur la photo de présentation de la pochette, que je trouve tout à fait à tomber, et je suis partie en chasse de ce modèle. Pas trouvé de jersey aubergine comme sur la photo, je me suis rabattue sur du violet plus bleuté, mais que j’aime bien aussi finalement. Trouvé au Marché Saint Pierre, lors d’un voyage sur Paris. Il faut 4 mètres pour faire ce modèle, pas économique!!

Pour le patron, c’est sur Etsy, une fois de plus, que j’ai trouvé mon bonheur pour 7 euros frais de port compris. Que demande le peuple? Quand on connait le prix des patrons Vogue, je m’estimais chanceuse. En quelques jours il est dans ma boîte aux lettres. La mention « difficile » ne me fait pas peur, il faut bien se lancer de temps en temps, et puis il y a les explications en français!

Ce modèle est en deux parties : la jupe et le top. Je décide de commencer par la jupe, qui est en une seule et énorme pièce (les pièces sont souvent en deux morceaux à scotcher ensemble, elles sont gigantesques), me disant que ça va être plus simple et que ça me permettra de tester leurs fronces que j’aperçois un peu partout sur le modèle.

Pas trop de problème du coté de la jupe, je rajoute juste une doublure, car mon tissu, un jersey de viscose, peut paraître un peu transparent. Avec la lumière, on peut voir la forme de mes jambes. Rien de dramatique non plus, mais comme il me reste un bout de tissu, je rajoute une seconde couche plus courte qui ne gêne en rien l’élasticité et le confort du modèle. C’est vrai que cette jupe est un bonheur à porter : légère et confortable, en plus l’élastique à la taille ne serre pas.

Avant de m’attaquer au top, je veux vérifier les mesures pour voir s’il y a des endroits où je dois rajouter ou retirer de la matière. Et là, c’est le drame.

Il est où le début, il est où la fin? Il est où le devant, il est où le derrière? Et bien c’est très simple : tout est un peu partout, tout se superpose et se mélange. Donc pour vérifier les mesures tu repasseras, car tu sais pas exactement où prendre quoi comme référence. Mhhh, que du bonheur… Il faut donc se lancer sans filet. Bien entendu, il est possible de faire une toile, mais pour un modèle en jersey, je ne voyais pas trop l’intérêt d’utiliser plus de 2 mètres d’un tissu semblable pour tester.

Concernant les instructions, elles sont en français et en anglais; par contre, les schémas ne sont que sur la version anglaise, en français ce n’est qu’une liste d’instructions, il faut donc se référer à l’autre langue pour avoir les schémas. Ce n’est pas très pratique car on a donc sur le bureau les 2 planches d’instructions plus l’ouvrage en cours. Personnellement je n’ai pas de table de plusieurs mètres de long ni l’assistant pour me tenir les instructions pendant que je couds, c’était donc assez galère de caser tout ça sur ma petite table.

J’ai compris la mention difficile : elle ne vient pas de l’assemblage, qui quand on suit bien les instructions, n’est pas pire qu’un autre modèle, mais des pièces. Comme on ne peut pas les reconnaitre ou difficilement, ce n’est qu’à un stade avancé de la réalisation qu’on « voit » ce qu’on fait et qu’on peut faire des essayages. Résultat des courses: le pan plissé à l’avant du top est bien trop large pour moi, j’ai la taille assez fine par rapport au buste et aux hanches, et la partie « centrale » de mon top en paye les frais, cette partie traîne lamentablement. Mais où reprendre?? La zone incriminée est une superposition de 3 pièces… Je démonte les fronces, enlève quelques centimètres aux 3 pièces, reforme les fronce etc… Je dois faire ça plusieurs fois, et à plusieurs endroits si je veux conserver un minimum d’équilibre au modèle. C’est galère, surtout dans du jersey où j’ai consciencieusement surjeté les cotés (même si c’était pas demandé mais bon, je voulais faire chauffer la surjeteuse, et puis c’est plus propre que des bords à cru) .

Au final, voilà ce que j’ai réussi à faire de mieux. Je suis satisfaite de la jupe, mais le top n’est pas « au top », il n’est pas aussi cintré que sur la photo de la pochette, mon problème est que je ne sais pas trop où je peux encore reprendre! Ou alors il faudrait tout défaire, retailler les pièces une voir deux tailles en dessous et refaire le top? Une fois les pièces dépliées, est-ce que je pourrais vraiment identifier les endroits pour y reprendre mes mesures poitrine/taille/hanches? A mon avis, à part celui qui a créé ce modèle, il est vraiment très difficile en voyant et en étudiant les pièces, de retrouver les repères habituels. C’est ça qui m’a totalement déstabilisée. Finalement je l’ai terminé, mais ce n’étais pas gagné, la poubelle lui tendait les bras. Ce n’est que la jupe qui l’a sauvé : la jupe seule ne présente pas vraiment d’intérêt et est difficile à assortir.

Donc résultat mitigé pour cet essai de patron Vogue, j’avoue que je m’attendais à mieux de la part de cette marque, surtout compte tenu du prix des patrons (au tarif normal près de 25 euros!! pour un seul vêtement par pochette). Je ne peux pas blâmer les instructions, il faut être attentive mais on peut les suivre, mais plutôt le modèle qui n’était pas adapté à ma morphologie et qui est difficile à corriger avant d’arriver à l’étape finale de la construction.

** EDIT **

Fehr Trade propose sur son blog un excellent article sur ce patron, ne manquez pas d’y faire un tour, ça peut vous aider pour la construction!!!!

** EDIT 2 **

Instant frime, je suis même en première page de Thread and Needles, wow!! Merci aux administrateurs d’avoir sélectionné mon projet, c’est très sympa!!!

Destruction / Reconstruction : faire une écharpe à partir d’une ancienne robe

Voici un petit tutoriel de récupération, il permet de transformer une robe en écharpe à « froufrou ». Rien de bien compliqué, mais c’est agréable à faire et cela permet de désengorger l’armoire de vêtements qui ne sont plus portés, et les écharpes, pour compléter une tenue c’est toujours sympa. Cette robe est composé d’une doublure et d’un voilage, je vais utiliser les deux parties.

Pas besoin de beaucoup de matériel en plus de la robe à recycler : du fil élastique : 3-4 mètres (c’est largement assez!), du fil assorti (ou proche, une fois les fronces formées, on ne voit presque plus le fil) pour la couture et les bordures.

Comme annoncé dans le tutoriel, on peut soit faire un ourlet simple en repliant le tissu, soit un ourlet roulotté à la surjeteuse.

Il faut cliquer sur les images pour les afficher en grand, sinon, vous pouvez cliquer ici pour afficher le pdf qui contient les 3 pages.

Et voilà le résultat! Un belle écharpe tout en volume.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...