Robe blanche de chanteuse en vacances

robe en jersey blanche du livre Drape Drape 2, plissées sur les cotés, jersey de viscose, artiste blaséeJ’en parlais dans un précédent article, que cette robe (n°7) du livre Drape Drape 2, vous alliez la revoir!!

Après la version argentée, la version anthracite, voici la blanche!

Que dire de plus que ce qui a déjà été raconté dans les deux précédents articles? Cette robe est toujours aussi géniale, le patron est toujours aussi cool!

robe en jersey blanche du livre Drape Drape 2, plissées sur les cotés, jersey de viscose, artiste blaséeCette version est réalisée en jersey de viscose très fin, ce qui rend les plis beaucoup mieux marqués et tombants, c’est super sympa finalement.

robe en jersey blanche du livre Drape Drape 2, plissées sur les cotés, jersey de viscose, artiste blaséeAttention par contre, aucun bourrelet ou trace de cellulite ne sera autorisée par cette version sous peine d’être exhibée, amplifiée et déformée! Bien entendu mon amie n’ayant pas ce type de problème, elle peut oser la version jersey de viscose sans souci, moi je ne me lancerai pas! ;)

robe en jersey blanche du livre Drape Drape 2, plissées sur les cotés, jersey de viscose, artiste blaséeAmbiance artiste ou chanteuse incognito blasée pour ces photos, on a bien rigolé en évitant les cycliste qui empruntaient ce pont!!

robe en jersey blanche du livre Drape Drape 2, plissées sur les cotés, jersey de viscose, artiste blaséeOh mon dieu, des tags, ça veut dire qu’il y a des jeunes dans mon bled paumé??? Pourtant j’en ai jamais vu, ils doivent se cacher.

Hé, j’vous arrête toute de suite, avec cette dernière photo, je ne traite pas ma copine de toujours de pu** ;) c’est ….Artistique! Genre l’excuse pour tout excuser…

robe en jersey blanche du livre Drape Drape 2, plissées sur les cotés, jersey de viscose, artiste blasée

Noir comme la cendre…

robe, jersey, noir, livre drape drape, usine, décor trash, cendre, robe pull, rock, maille, extensible, photographie, couture japonaise, patron japonaisQui a dit que… Dans le boulot de mannequin, on ne se salit pas les mains ? La preuve est faite que c’est faux, et c’est notre mannequin du jour et de toujours, ma sœur, qui nous le prouve.robe, jersey, noir, livre drape drape, usine, décor trash, cendre, robe pull, rock, maille, extensible, photographie, couture japonaise, patron japonaisCette robe est issue du somptueux livre Drape Drape 2, le modèle 7, elle a déjà été réalisée en jersey de coton gris pour moi. Cette fois ci il s’agit d’une maille en coton et polyester, plus épaisse et plus douillette, parfaite pour ce temps mi-figue, mi-raisin.
Cela faisait un bout de temps que je tournais dans les environs pour trouver un coin chouettos pour la mettre en valeur, sa forme et son coté moderne s’accordait mal avec des pâturages habituels. Pour autant, je n’avais pas envie d’aller trop loin à la recherche de buildings. Y’a bien une vieille usine désaffectée pas loin, mais c’est le repère de tous les photographes du coin le week end, et bof, pas envie de me comparer à eux et leur matos high tech et leurs mannequins déshabillées. Le concept des photos de lingerie dans les endroits glauques ça doit encore plaire, faut croire ! C’est pas comme si le filon n’avait pas été épuisé depuis des lustres et vu et revu 15000 fois… Passons.
robe, jersey, noir, livre drape drape, usine, décor trash, cendre, robe pull, rock, maille, extensible, photographie, couture japonaise, patron japonaisUne fois de plus, c’est en allant faire les courses que l’inspiration m’est tombée dessus : le vieux dépôt de peintures qui a flambé il y a quelques mois, la déconstruction à commencée. J’ai juste eu le temps de voir un mur encore debout et ses couleurs de cendres. Ça me plait, et ça sera parfait comme décor. Pas trop loin, quel chance !

C’était désert, un samedi après-midi pourtant, il ne restait que 3 murs en état mais c’était largement suffisant. Nous avons déblayé les quelques cailloux et morceaux de grillages qui traînaient et en avant !robe, jersey, noir, livre drape drape, usine, décor trash, cendre, robe pull, rock, maille, extensible, photographie, couture japonaise, patron japonais

Que dire sur ce modèle ? Il n’est composé que d’une seule pièce gigantesque qui enveloppe littéralement le corps et d’une petite pour former l’arrière de la jupe. J’avais une grande flemme de redessiner le patron en taille S pour ma petite sœur, j’ai pris mon patron en L et j’ai retiré 6 cm au niveau du milieu dos pour la pièce principal et le dos de jupe. Le modèle semblait bien s’y prêter et je trouvais déjà l’encolure large sur la mienne.
Bingo, coup du destin, de chance, appelez ça comme vous voulez, mais ça lui va impeccable. Il faut ajouter le facteur jersey, qui peut pardonner quelques imprécisions.

robe, jersey, noir, livre drape drape, usine, décor trash, cendre, robe pull, rock, maille, extensible, photographie, couture japonaise, patron japonais

Ce modèle vous plaît ? ça tombe bien, vous allez le revoir sous peu, dans une couleur totalement opposée… Et sur une autre jeune femme ! A nous trois, nous pourrions faire un nuancier, ça pourrait être marrant comme photo !

 

Tendance « Petite maison dans la prairie », ou le retour du tablier.

tablier, lisette, couture japonaise, tissu ameublement, tissu ikea, jupe blanche, style paysan, style folklo, châle, doc martensC’est le come-back du tablier, ça faisait longtemps, hein? Ben oui, pour le concours de Thread and Needles, il faut faire plusieurs types de photos, chaque pièce doit être portée séparément. Pour le pantalon, c’était fait il y a longtemps, maintenant il fallait que je vous montre la seconde option pour porter le tablier paysan. Un petit air de Laura Ingalls qui a croisé Tim Burton, n’est-il pas?

tablier, lisette, couture japonaise, tissu ameublement, tissu ikea, jupe blanche, style paysan, style folklo, châle, doc martensCette fois-ci j’ai décidé de ne pas déranger mon homme et je suis partie toute seule, mon pied photographique et mon intervalomètre sous le bras (façon de parler, hein!) et de me débrouiller comme une grande, comme je le fais d’habitude. Parce qu’il faut pas se leurrer, l’homme n’aura pas toujours envie de me suivre dans mes lubies photographiques.

tablier, lisette, couture japonaise, tissu ameublement, tissu ikea, jupe blanche, style paysan, style folklo, châle, doc martenstablier, lisette, couture japonaise, tissu ameublement, tissu ikea, jupe blanche, style paysan, style folklo, châle, doc martensHier, en revenant des courses, je me suis souvenue que tout près de chez moi il y a une sorte d’étang. Je n’y vais jamais car le week-end c’est blindé de vieux pêcheurs tendance beaufs à bière et de familles à poussettes 4×4 et que, par conséquent, c’est pas hyper pratique de s’installer pour faire des autoportraits.

Mais un soir de semaine, quand il fait froid et qu’il y a de la glace sur l’étang, pas de pêcheurs, pas de poussettes ni de passants pour me demander ce que je fais et si j’ai besoin d’aide (nannnnn, j’me débrouille toute seule!).

tablier, lisette, couture japonaise, tissu ameublement, tissu ikea, jupe blanche, style paysan, style folklo, châle, doc martensRien de bien spécial à redire sur ce tablier, étant donner que c’est rigoureusement le même que dans le précédent article, j’ai juste changé la tenue.

J’ai opté pour une jupe longue et froufroutante que je traîne depuis des lustres, et ma foi, le résultat n’est pas si mal!

tablier, lisette, couture japonaise, tissu ameublement, tissu ikea, jupe blanche, style paysan, style folklo, châle, doc martensOn reste dans la même ambiance que pour la précédente série, mais c’est un peu normal car le tablier est un élément très fort et c’est lui qui donne le ton de l’ensemble! De plus, d’après le concours, la pièce doit s’accorder avec le reste de la garde robe, et comme j’ai pas mal de fringues dans ce style… Ben j’suis dans les clous pour le concours. ;)

tablier, lisette, couture japonaise, tissu ameublement, tissu ikea, jupe blanche, style paysan, style folklo, châle, doc martensLa jupe apporte un coté gonflant au tablier. J’ai rajouté un ancien châle noir crocheté par ma grand-mère (oui, la fameuse, celle qui est dans le mannequinat), déjà parce qu’il faisait pas chaud, et surtout parce qu’au niveau style ça collait bien.

Et n’oublions pas…

tablier, lisette, couture japonaise, tissu ameublement, tissu ikea, jupe blanche, style paysan, style folklo, châle, doc martensLes belles Doc Martens! Qu’aurais-je aux pieds si je ne les avais reçues à Noël?? Qu’avais-je aux pieds avant?

Réponse : d’autres vieilles docs d’un bleu marine éraflé, mais pas des montantes ;) Et pas aussi jolies, et pas offertes par mon chéri.

Remarque pertinente à propos de cette série de clichés : si vous avez bien tout lu, j’ai dis que c’était vers un étang que je m’étais installée avec mon kit de la photographe amatrice de base, pourtant on ne voit pas d’eau sur les photos, nul part. J’anticipe vos remarques, hein! Ben oui, j’ai pas réussi à prendre des belles photos au bord de l’eau, trop de contrejour, pas assez de connaissances dans les réglages de mon appareil, snif… La honte! Ce sera mieux la prochaine fois.

Concours : Les deux font la paire

Vous avez peut-être vu un peu partout sur la blogo fleurir des tenues pour le concours organisé par la communauté Thread and Needles, Les deux font la paire.

J’avais déjà eu le temps de coudre un pantalon pour ce concours, avant de partir en Californie, mais il me manquait encore la seconde pièce. Je vous invite d’ailleurs à faire un tour sur cet article, car je l’ai mis à jour avec de nouvelles photos qui montrent les détails du pantalon, qu’on ne voyait pas très bien sur les premiers clichés.

Des robes, je suis certaine qu’il va y en avoir des pelletés, je voulais quelque chose de différent, c’est pour ça que je m’étais lancée dans le pantalon. Pour le haut, pas de gilet ou de top… Mais un tablier!

Ouais, un tablier, un peu classe quand même, taillé dans du tissu d’ameublement de Ikea. Le modèle est issu du livre « Lisette« , qui, quand on fait abstraction des photos des mannequins catatoniques, contient pleins d’idées sympathiques.

Le tissu d’ameublement se prête bien à un modèle comme celui là, car il est suffisamment raide pour donner de la tenue à la partie jupe et bien tomber tout droit. Je l’adore, un vrai plaisir à coudre. Le modèle en lui même est d’une simplicité enfantine, j’ai tout de même décidé de doubler la partie haute du tablier, dans un tissu de coton noir assez fin. De la tenue oui, de la rigidité inconfortable non!

Voici une vue de l’intérieur du tablier, à croire qu’il est réversible! Pour les bords du bas, j’ai surjeté et piqué un petit ourlet, je ne voulais pas retourner l’ourlet deux fois et cacher le bord car ça aurait enlevé de la souplesse à la partie jupe.

Sur l’arrière, les liens se croisent et se nouent à des brides, qui dans ce tissu épais étaient très difficile à retourner sur l’endroit!

Les grands liens peuvent se fermer dans le dos ou sur l’avant (ce que je préfère). J’ai choisi de les réaliser en tissu fin noir, le tissu d’ameublement aurait été difficile à nouer, c’est plus confortable comme ça.

La doublure et le tissu principal sont surpiqués à 0,5cm, pour éviter à la doublure de rouler et d’apparaitre sur l’avant.

Ce modèle est sympa, je n’ai apporté aucune modification par rapport à l’original. C’est une taille unique ce qui convient très bien à ce style de modèle.

Coudre, c’est bien sympathique, mais pour le concours il faut aussi faire des photos qui présentent le tout!

J’avais une idée très précise de ce que je voulais faire, du noir et blanc pour donner un esprit graphique et un peu gothique. Les deux vêtements étant dans ces teintes, ça n’enlèverait rien.

Hier, je suis partie faire « des repérages » près de chez moi, je savais l’ambiance que je cherchais, j’avais quelques idées d’endroits, je suis allée vérifier.

Mon homme est assez gentil pour me promettre de m’aider le lendemain pour les photos. Bien entendu, quand nous nous sommes levés, il pleuvait. Par grave, il en faut plus pour nous décourager, nous nous lançons tout de même dans notre séance, surtout que nous étions un peu protégés.

Je vais envoyer les photos pour participer au concours et…. on verra! Pleins de belles tenues ont déjà été postées à droite à gauche, ça va pas être simple.

Style Amy Winehouse – Robe à pois

Robe à pois "Drape Drape"

Vous l’avez peut-être reconnue, il s’agit d’une robe du livre japonais « Drape Drape tome 1″, qui a la particularité de n’être constituée que d’une seule et unique pièce. Une sorte de grand papillon dont les ailes permettent de froncer les cotés et les manches avant de les relier à la partie principale.

Quelques belles versions de cette robe, à voir sur le blog de Bonome et celui de Maritxu.

Quand je suis tombée sur ce coupon de jersey de viscose à pois, cet été, c’est immédiatement à cette robe que j’ai pensée. Malheureusement, entre la pensée, le projet et la réalisation, des mois s’écoulent!

Ce qui est marrant avec ce tissu, c’est que les pois sont plus denses au niveau des lisières, j’ai donc coupé la robe à 90° du droit fil pour profiter de cet effet et avoir les pois concentrés sur le bas.

Robe à pois "Drape Drape" Blog de couture Oui Patrons

Maintenant c’est bientôt l’hiver et je la porte avec un sous-pull en attendant les beaux jours pour profiter de sa légereté. En tout cas pour celles qui veulent un projet de robe rapide à faire (en une après-midi), ce modèle est pour vous!

Le plus long doit être de préparer les fronces… Pour l’encolure, au lieu de retourner le tissu comme préconisé, j’ai préféré poser un biais coupé dans une chute du tissu. Idem pour l’ourlet, ça lui donne un peu plus d’aplomb car mon tissu est vraiment léger.

Robe patron japonais "Drape Drape" blog couture Oui Patrons

C’est de la bonne choucroute que j’ai sur la tête? Pas besoin de brushing, je me suis levée ce matin comme ça, dans le miroir, la réaction était immédiatement:

« Mince alors, j’ai mangé Amy Winehouse ou quoi? »

Et là, mon cerveau embrumé a tout de même réussi à faire l’association d’idées :

Amy Winehouse –> rétro –> robe 50′s –> tissus à pois –> hé, mais j’en ai une de robe à pois! et la choucroute est prête elle aussi!! –> Appareil photo pour des essais pendant que le chéri dort encore (sinon il se moque de moi, le scélérat!)

Petit passage dans la salle de bain pour l’eye liner touch’ et voilà!

Robe à pois livre japonais "Drape Drape" blog couture Oui Patrons

Mon premier cadeau de Noël est arrivé! Non en Alsace, on ne fête pas Noël en avance!! J’ai pu ouvrir ma boîte car je devais essayer les bottes pour vérifier la taille. Et maintenant que la boîte est ouverte, pourquoi les remettre dedans? ;)

Des belles Doc Marten’s montantes « qu’on avait les mêmes à 15 ans »!! Je retombe dans l’adolescence! Avec ou sans crise?

Compact is not dead

Du temps où j’avais un très bon photographe dans mon entourage, avec le matos qui va bien et tout et tout, c’était fastoche d’avoir de superbes photos hyper glamour. A l’époque je ne m’étais jamais trop posée la question de « comment ça fonctionne » et de « pourquoi 1200 euros pour un objectif?? ». Je me posais devant la lumière et le reste, ben c’était son problème à lui.

J’étais très habituée à ce style de clichés : (vous comprenez l’effet très « Blanche Neige » de mon visage?)

Mais mon nouveau quotidien c’est plutôt ça : (oui j’ai exprès choisi une photo vraiment loupée et pas retouchée)

 

La claque dans la gueule quand même!!!

Maintenant que je dois prendre mes photos toute seule, avec mon vieux APN d’il y a 10 ans, c’est une autre paire de manche pour avoir l’air splendide et naturellement « Blanche Neige ». Déjà parce que je ne sais utiliser que le mode automatique et qu’il faut pas se leurrer, il est tout pourrave cet appareil… Ensuite parce que mes cheveux ont poussés et que je n’ai plus la coupe de cheveux de Blanche Neige. Mais ça c’est un autre problème me direz-vous, très peu en adéquation avec celui de l’appareil photo. Bref.

En ce moment je suis en pleine crise artistique. Traduisez que je suis en train de partir dans tous les sens et que je veux me remettre au dessin pour illustrer les idées de vêtements que j’ai en tête, continuez à coudre et surtout à apprendre, mais aussi à comprendre la photo pour pouvoir immortaliser mes réalisations.

Car pour moi tout cela fait partie d’un même processus, ça va tout ensemble, ça s’enchaine, ça se suit. Comme toutes les couturières amatrices du web, je suis contente de ce que je fais (souvent) et je trouve légitime l’envie de vouloir valoriser mon travail. Les heures passées à faire (et défaire) une création valent bien un petit moment de gloire, c’est ça notre salaire.

Alors j’ai pris mon courage à deux mains, ainsi que ma bouse d’appareil photo et j’ai enclenché le mode manuel. Wow, ça c’est déjà une étape. Ensuite j’ai regardé ce qu’il y avait dedans, j’ai cherché sur internet des explications sur la photo, je me suis renseignée auprès de collègues qui sont des photographes amateurs…

Et surtout, pour commencer je suis allée m’acheter un trépied pour faciliter la prise de photo, quand on fait ses photos seules, il faut bien se débrouiller.

Je me suis rendue dans le magasin photo de ma ville, armée de mon antiquité et j’ai expliqué mon problème :couture, photos, toute seule, pas trop cher.

Le jeune (très sympa) ne rigole pas devant mon APN mais je vois bien qu’il est un peu embêté, et pour cause : les trépieds qu’il me montre valent plus cher que mon appareil. C’est un peu comme quand je vais acheter des nouveaux pneus pour ma 306, y’a pour plus de pneus que de bagnole. J’suis une pauvre fille, plaignez-moi.

 » 70 euros un trépied, que genre je peux faire le même avec 3 bouts de bois et un élastique? Sur amazon y’en a 20 euros!

- Mais madame c’est pas la même chose. Comment dire… Vu votre appareil…

- Tu peux le dire qu’il est pourri mon appareil…

- Non, je voulais dire que vu que votre APN est léger, avec un pied qui n’est pas stable, pour peux que dehors une petite brise souffle, et tout se casse la figure. C’est pas le poids de votre appareil qui va maintenir le tout en place.

- Et je vais pas avoir l’air d’une cruche avec un pied comme ça et un minuscule appareil photo dessus? Ce pied il est pour les gros appareil qui coutent cher, non?

- Non (il se marre)! Pour des appareils réflex on a ce genre de pied à 250 euros. Mais y’a un gps dedans et tout et tout.

- C’est vrai que ça doit être cool de localiser mes photos, savoir si elles ont été faites dans la cuisine ou le salon. Bon, je le prends, et si tu es gentil je reviendrai en décembre voir tes promotions pour un nouvel appareil.

- On propose même des packs avec des formations photo pour débutants, ça peut vous intéresser?

- Quoi, j’ai l’air d’une débutante moi?  »

Damned, je suis démasquée, je suis une méga débutante en photo. Je donne le pied à l’Homme pour qu’il le porte, et fièrement, je m’en sors du magasin vers de nouvelles aventures photographiques.

Motivée par mes nouvelles connaissances en photo : ouverture, temps de pause, diaphragme, ISO (que de vocabulaire technique!!) ; et mon super pied, j’ai appliqué tout ça pour prendre en photo la robe que j’ai terminée dimanche dernier. Le modèle est issu du livre japonais Drape Drape 2, modèle 7. Donc oui, la toute première photo de cet article, c’est moi qui l’ai prise toute seule, avec mon super pied, mon appareil à deux balles et l’halogène du salon qui éclairait le plafond comme projecteur. On fait c’qu’on peut ma bonne dame.

Le tissu est un jersey de coton gris très clair qui j’ai ramené de mes vacances en Autriche et qui n’attendait qu’un peu de motivation pour se transformer en cette robe très souple. Elle est montée à la surjeteuse, seul le biais l’encolure et les biais d’emmanchures sont piqués à la machine.

Et je vous raconte même pas combien de temps ça a duré pour prendre des dizaines de photos dont seulement deux étaient potables. Mais bon, je suis sur la bonne voie, je vais continuer à m’entraîner avec cet appareil et à Noël, quand les promotions arrivent, je regarderai pour un nouvel appareil.

La photo c’est un domaine qui me plaît, car j’aime les belles photos et le fait que ce blog était tout vilain à cause de ça me dérangeait, maintenant je vais faire des efforts. Par contre… Vous avez pas fini d’en entendre parler!!

2 tops japonais pour la rentrée de ma p’tite soeur!

En plus d’être une gentille copine, je suis une gentille soeur. Ma petite soeur voulait un peu de neuf pour sa garde robe, et avec un budget serré, pas toujours évident de trouver des tops originaux et pas trop mal fichus. Justement, je suis en plein rangement de mon placard à tissus, et je lui ai annoncé :  » Les coupons d’un mètre ou moins, tu peux taper dedans, choisis ce qui te plait, je te fais la fringue qui va bien. »

Elle a sélectionné divers coupons dont un taffetas rouge pour une future jupe, un coupon fleuri pour une robe et deux en jersey pour des tops. Ensuite, nous sommes passées à la sélection des modèles. Pour les morceaux de jersey : des tops du livre Drape Drape. Si tôt dit, si tôt fait, deux jours après ils étaient disponibles.

Voici le premier, il s’agit normalement d’une sorte de tunique…

Le coupon de tissu est une sorte de matière de maillot de bain, qui coule entre les doigts, qui est fraîche sur la peau et très légère. Malgré la beauté de ce coupon, cela fait 6 mois qu’il est dans mon armoire, et je ne trouvais pas quoi en faire. Il « drape » très bien, et ce modèle le met super bien en valeur, elle ne peut pas regretter son choix! J’ai coupé une taille S pour son 36-38 et c’est impec’. Par contre j’ai du tricher lors du placement du patron, car mon coupon était trop petit, et surtout pas très large, j’ai été obligée de bidouiller au niveau des bretelles.

Comme vous pouvez le voir, j’ai découpé une partie des bretelles au niveau du devant et du derrière (le patron asymétrique est une seule pièce géante), j’ai scotché le bout de patron de bretelle devant droit avec le bout derrière droit et pareil pour la gauche, et j’ai coupé mes bretelles à part dans une chute du tissu.

Au niveau de l’assemblage, ça se présente donc comme ça :

La couture n’est pas sur l’épaule, à la place il y en a deux, une devant et une derrière. Finalement ça ne choque pas, c’est même très joli! Un petit détail en plus.

J’ai eu beaucoup de mal avec l’encolure, avec le biais en jersey ça gondolait, ça tirait… Finalement j’ai tout défait et j’ai ajouté un biais en lin couleur jeans, très doux. Je l’ai rentré à l’intérieur, il est invisible sur l’avant mais apparaît selon les mouvements.

C’est pareil au niveau des bretelles, en plus ça donne de la tenue à ce tissu très mou.

J’ai profité de l’occasion pour affiner les réglages de ma surjeteuse et de ne plus me lancer avec les réglages de bases pour tous les tissus.

Bien plates et bien droites!

Idem pour l’ourlet à la double aiguille, tout droit. Je sais que je dois aussi un peu travailler sur la tension du fil, qui est une notion très importante et que je maitrise mal…

Un beau petit top que je conseille à tout le monde! Choisissez un tissu bien lourd et très élastique. Dans un jersey de soie ça doit être un vrai chef d’oeuvre.

 

Le second top est issu du même livre, il s’agit du tshirt basique que j’ai revisité.

Quand j’ai assemblé ce top, l’encolure m’a semblée immmmmmeeeensse. Ooops, coupé c’est coupé! J’ai rattrapé le coup en fronçant tout le long de l’encolure, en bidouillant les réglages de la surjeteuse, ce qui a en plus créé ces petites fronces autour du col, qui rajoute encore du volume à ce top.

Comme pour le précédent, l’encolure était une torture, j’ai préféré tout couper (et oui!) avant de me décider à poser du biais satiné doré. J’ai décalé un peu le biais en le piquant, pour créer cet effet de torsade.

Pour ne pas aplatir le biais, il est cousu à la main.

Les manches étaient très longues à mon goût. Devant ma télé, en regardant un film assez pourri je l’avoue (merci canal + de diffuser Predators, c’est une daube), je me suis rendue compte du potentiel « style militaire » de ce top, j’ai donc décidé de jouer de ce coté, j’ai plissé les épaules et j’ai ajouté le même biais plié pour faire une sorte de galon ou d’épaulette. Quelques surpiqûres et le tour est joué. Si j’avais eu un bouton doré, ça aurait été le top, mais rien de ça dans ma boîte, je ne suis pas riche en boutons.

Même attention accordée aux réglages de la surjeteuse, même si cette fois ça gondolait un peu plus, je n’ai pas trop compris pourquoi.

Et pour l’aiguille double, j’ai bien baissé ma tension pour éviter la formation du « bourrelet » caractéristique de l’utilisation de cette technique, au final, après quelques tests c’était bien comme il faut. Avant de piquer à l’aiguille double, j’ai surjeté le bord.

Voilà, ces deux tops sont très rapides à faire, même si j’ai un peu trainé devant la télé, je profite de mes vacances!

J’ai l’impression de mieux maîtriser les tensions de ma machine, mais je sais qu’il faut que je sois vigilante, souvent quand je présente à ma prof de couture un travail que j’ai réalisé seule à la maison et sur lequel je vois des problèmes, cela vient dans 90% des cas d’un problème de tension. Elle m’a fait faire des tests, toucher, étirer et j’essaye de reproduire ses gestes à la maison.

Pour ceux et celles qui sont intéressés par la tension des fils, il y a cet article du magazine Thread (anglais) et aussi ce petit test pour ajuster la tension à un tissu particulier.

Et vous, la tension de votre machine? Maîtrise totale ou pifomètre?

Doubler le top C3 -faire fonctionner sa logique 2eme partie

J’ai fait une seconde version top sur la base de la robe C3 du livre « La couture au féminin », mais comme le tissu était beaucoup plus fin que la popeline de coton utilisée la première fois, je l’ai doublé différemment. Voici donc ma manière de faire, je rappelle que ma méthode n’est certainement pas la meilleure, car je ne suis pas prof, ni pro… Si vous trouvez des choses étranges, n’hésitez pas à le signaler dans un commentaire.

Voici une planche « complément » au premier tuto, dans lequel je doublais le tissu de manière différente. Le pdf est aussi disponible, sinon, il faut cliquer sur l’image pour l’agrandir.Le résultat est très joli, j’aime particulièrement le biais vert d’eau, j’ai hésité avec du rose, mais le vert tranche mieux. Il plaît à sa nouvelle propriétaire, c’est l’essentiel!


Faire fonctionner ses méninges?? Utiliser la logique plutôt que les explications.

Une réflexion de ma prof de couture lorsque je lui avais apporté un projet réalisé dans mon coin d’après une pochette burda : ça aurait été intéressant de faire avec tes acquis plutôt que de suivre des instructions, tu as suffisamment de connaissances pour réaliser ce projet sans lire les lignes d’explications. Je n’étais pas certaine d’y arriver pour ce projet en particulier, mais j’ai gardé l’idée en tête car je la trouve très bonne. Au lieu de lire bêtement la consigne, essayer de combiner ma logique avec ce que je sais déjà et m’en sortir toute seule comme une grande. Mon but est tout de même, dans quelques temps (des années!), de savoir me débrouiller seule, sans guide, sans burda, alors pourquoi ne pas commencer dès aujourd’hui avec des petits projets?

Comme je vois ma sœur bientôt, je voulais lui faire la surprise de lui réaliser un petit quelque chose. J’ai trouvé dans mon magasin préféré un ravissant coupon de popeline de cupro aux motifs d’oranges, de chèvrefeuille, de lierre et j’ai craqué. Je sais qu’elle préfère les motifs avec des cerises, mais celui-ci m’a fait de l’œil et au touché, son coté peau-de-pêche a terminé de me convaincre.

Et me voilà lancée dans un projet-surprise, j’ai le tissu, mais pas le modèle. Je repense à cette robe vue sur toute la blogosphère, la fameuse C3 du livre 295-fr (tout un code) et là je dis : bingo!

Je décide de me lancer et trouve dans ce projet l’exercice parfait pour la méthode « démerde-toi seule ». Pas trop de pièces, pas trop complexe, je devrais m’en sortir. Je voulais quand même partager mon expérience alors j’ai fait ce petit récapitulatif en me disant que ça peut servir à d’autres. Il s’agit de ma méthode, je n’ai toujours pas vérifié dans le livre comment eux font leur robe!

Comme d’habitude, il est possible de télécharger le pdf récapitulatif, mais vous pouvez aussi cliquer sur les images pour les agrandir.

J’aime beaucoup le résultat! Je trouve que la patron n’est pas vraiment exceptionnel, c’est vraiment le nœud qui donne tout le cachet à cette robe / tunique.

Niveau temps : en une journée j’ai réalisé cette tunique, tout en prenant les photos et j’ai bricolé ce tuto, comme quoi, c’est vraiment une robe simple, alors n’hésitez pas à la faire.

Ce livre n’est pas mal, beaucoup de robes et de tops montgolfières à mon goûts, mais de bonnes idées et des détails très pertinents.

Une prochaine fois, je me lancerai dans un projet plus compliqué à faire de tête.

Mais… j’y pense, je dois faire mon challenge Colette… et mes patrons, je dois les faire toute seule! Alors, en voilà un bon exo!!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...